L’explosion meurtrière de Beyrouth balaie la mariée libanaise qui pose pour le jour du mariage

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Radieuse dans une longue robe blanche et un voile, la jeune mariée libanaise Israa Seblani, 29 ans, sourit et pose pour sa vidéo de mariage. La scène est brisée par un rugissement assourdissant et une puissante onde de choc qui la souffle presque sur ses pieds.

Les images dramatiques ont capturé le moment où une explosion massive a secoué la capitale libanaise mardi, tuant 135 personnes et en blessant plus de 5000.

Seblani, un médecin travaillant aux États-Unis, a aidé à surveiller les blessés à proximité, avant de fuir la place Saifi au centre de Beyrouth pour se mettre en sécurité.

Un jour plus tard, elle et son mari Ahmad Subeih, 34 ans, un homme d’affaires à Beyrouth, avaient du mal à comprendre ce qui s’était passé.

« Je me prépare pour mon grand jour depuis deux semaines et j’étais si heureuse comme toutes les autres filles, ‘je me marie’. Mes parents vont être heureux de me voir en robe blanche, je vais ressembler à une princesse », a-t-elle déclaré à Reuters.

« Que s’est-il passé pendant l’explosion ici – il n’y a pas de mot pour expliquer … J’ai été choqué, je me demandais ce qui s’est passé, est-ce que je vais mourir? Comment vais-je mourir? »

Derrière elle, des tas de verre brisé des fenêtres soufflées de l’hôtel où elle devait rester jonchaient le sol, ainsi que des restes écrasés de compositions florales qui ornaient les tables de banquet.

Seblani est arrivée à Beyrouth trois semaines plus tôt pour préparer son mariage.

Subeih a rappelé les conséquences de l’explosion, que les responsables ont imputée à un énorme stock de matériaux hautement explosifs stockés pendant des années dans des conditions dangereuses au port.

« Nous avons commencé à nous promener et c’était extrêmement triste, il n’était pas possible de décrire la dévastation et le bruit de l’explosion », a-t-il déclaré. « Nous sommes toujours sous le choc … Je n’ai jamais rien entendu de semblable au son de cette explosion. »

« Je me sens tellement triste de ce qui est arrivé aux autres, de ce qui est arrivé au Liban », a ajouté Seblani. «Quand je me suis réveillé et que j’ai vu les dégâts survenus à Beyrouth, la seule chose que j’ai dite, c’est que Dieu merci, nous sommes toujours en vie.

Après l’explosion, elle et son mari ont essayé de se ressaisir et de poursuivre leurs célébrations.

«Mon mari m’a dit de continuer, on ne peut pas s’arrêter. J’étais comme bien, pourquoi pas, on continue. Je ne vivais pas le moment en fait, j’étais comme marcher, mon visage souriait, mes lèvres souriaient, c’est tout , pas plus. Ensuite, nous sommes allés dîner. « 

Subeih se souvient être entré dans l’hôtel endommagé mercredi pour récupérer des effets personnels et des passeports.

«La scène dans la pièce était incroyable», a-t-il déclaré.

Il attend un visa pour les États-Unis pour pouvoir y rejoindre sa femme. Seblani aime le Liban mais estime qu’après l’explosion de mardi, vivre là-bas n’est pas une option.

Elle essaie toujours de trouver de la joie dans un mariage qu’elle a mis si longtemps à préparer.

« Il y a beaucoup de dégâts, beaucoup de gens ont été tués et blessés. Mais aussi si je veux nous regarder, moi-même, mon mari, le photographe – comment nous sommes sortis indemnes, je remercie Dieu de nous avoir protégés.

« Cela seul me donne un sentiment d’optimisme et de garder la joie de l’occasion que je suis venu célébrer ici. »

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available