Laminute.info: site d'actualité générale

Les musulmans d’Athènes craignent que la Grèce retarde l’ouverture de la mosquée en représailles de Sainte-Sophie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Après la réouverture de la grande mosquée Sainte-Sophie d’Istanbul au culte, les musulmans d’Athènes craignent que leur propre lieu de culte officiel, retardé de plus d’une décennie, ne soit à nouveau retenu.

Le projet d’ouverture d’une mosquée sanctionnée par l’État à Athènes, la seule capitale européenne qui n’en possède pas, a été lancé en 2007.

Mais il s’est immédiatement heurté à une forte opposition de la part de l’influente Église orthodoxe, ainsi que des groupes nationalistes.

«Je pense qu’après cet incident, il pourrait être encore plus difficile d’ouvrir la mosquée officielle que nous attendons depuis dix ans», déclare l’imam Atta-ul Naseer, qui dirige une mosquée de fortune dans un appartement du centre d’Athènes.

Merveille architecturale du 6ème siècle, la basilique Sainte-Sophie, ancienne basilique byzantine, a été transformée en mosquée en 1453 après la prise d’Istanbul par les Ottomans.

En 1934, le monument est transformé en musée.

Mais en juillet, un tribunal turc de haut niveau a statué que Sainte-Sophie pouvait être reconvertie en mosquée, annulant le décret gouvernemental de 1934.

‘Une mosquée est une mosquée’

«Je pense qu’une mosquée doit rester une mosquée. Elle ne doit pas devenir une église ou quoi que ce soit d’autre. Tout comme les chrétiens s’attendent à ce que Sainte-Sophie reste une église, les musulmans attendent la même chose», dit l’imam Naseer.

La mosquée officielle d’Athènes, sans minaret et sous la supervision de l’État grec, devrait ouvrir d’ici la fin de l’automne dans le quartier industriel d’Elaionas, au nord-est d’Athènes.

Mais en attendant, pour répondre aux besoins d’une communauté musulmane de près de 300 000 personnes, de nombreuses mosquées de fortune, dans des appartements, des sous-sols et même des hangars, ont été créées ces dernières années.

Naseer pense que les mosquées ottomanes historiques d’Athènes, comme celle de la place centrale Monastiraki qui a été transformée en musée, auraient pu servir de lieu de culte pour les musulmans.

Le président Recep Tayyip Erdoğan a lui-même proposé cela aux dirigeants grecs dans le passé.

Mais le sujet est délicat dans un pays qui a fait partie de l’Empire ottoman pendant des siècles, avant de retrouver son indépendance au XIXe siècle.

Sentiment anti-turc

En Grèce, le sentiment anti-turc reste fort et la tension actuelle entre les deux pays sur les migrations et l’exploration énergétique en Méditerranée orientale renforce cette animosité.

«Dans les cœurs grecs, le musulman est toujours associé à l’envahisseur turc», note Naseer.

Vivant en Grèce depuis sept ans, l’imam d’origine pakistanaise a été confronté au racisme et parfois même à la violence de militants néo-nazis.

«Mais en général, chrétiens et musulmans vivent ensemble en paix», dit-il.

Dans une tentative de réglementer les mosquées de fortune, l’État grec a établi des règles opérationnelles strictes.

Les exploitants doivent enregistrer le nom du représentant religieux et ses antécédents, le nombre de fidèles réguliers et les sources de revenus de l’établissement.

La salle de prière doit également répondre aux normes de sécurité, qui comprennent une alarme incendie, des installations sanitaires et une issue de secours.

«Les procédures sont compliquées et prennent du temps. Peu de mosquées ont obtenu des permis du ministère», dit Naseer.

Dans le quartier pakistanais d’Athènes, une porte verte se détache dans une rue commerçante: l’entrée de la mosquée Al Jabbar.

L’imam du Bangladesh Abu Bakr montre fièrement le document du ministère tant convoité, collé sur un mur.

«Depuis 2017, nous opérons légalement», a-t-il déclaré.

« La mosquée officielle que l’Etat grec veut ouvrir est loin du centre d’Athènes où vivent de nombreux réfugiés musulmans et ne peut de toute façon accueillir que 350 personnes. »

« Les mosquées non officielles qui deviennent légales, comme la nôtre, resteront donc nécessaires aux musulmans qui souhaitent pratiquer leur foi à Athènes », a noté Abu Bakr.

Les seules mosquées datant de l’époque ottomane qui fonctionnent actuellement en Grèce sont situées dans la région frontalière avec la Turquie, en Thrace, où vit une minorité turque de 150 000 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus