Le Liban pleure les victimes de l’explosion de Beyrouth alors que la colère grandit face aux avertissements manqués

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Liban a pleuré jeudi les victimes de l’explosion massive qui a tué au moins 145 personnes et en a blessé au moins 5 000 alors que la colère montait dans le pays suite aux avertissements manqués concernant le nitrate d’ammonium stocké dans le port.

De nombreuses personnes se sont rassemblées près du port pour rechercher des informations sur les personnes portées disparues, au milieu de la colère croissante du public contre les autorités pour avoir permis de stocker pendant des années une énorme quantité de matières hautement explosives dans des conditions dangereuses dans un entrepôt portuaire.

L’enquête sur l’explosion se concentre sur la façon dont 2750 tonnes de nitrate d’ammonium, un produit chimique hautement explosif utilisé dans les engrais, ont été stockées dans l’installation portuaire pendant six ans, et pourquoi rien n’a été fait à ce sujet.

Le port de Beyrouth et le bureau des douanes sont connus pour être parmi les institutions les plus corrompues et les plus lucratives du Liban, où règnent diverses factions et politiciens, y compris le groupe militant du Hezbollah soutenu par l’Iran.

Alimentant la spéculation selon laquelle la négligence était à l’origine de l’accident, une lettre officielle circulant en ligne montrait que le chef du service des douanes avait averti à plusieurs reprises au fil des ans que le stock de nitrate d’ammonium était un danger et avait demandé aux autorités judiciaires de statuer sur un moyen. pour le supprimer.

Le chef du département des douanes libanais a quant à lui confirmé dans une interview accordée à LBC TV mercredi soir que des responsables avaient envoyé au fil des ans cinq ou six lettres à la justice demandant que le nitrate d’ammonium soit éliminé en raison des dangers qu’il représentait.

Mais Badri Daher a déclaré que tout ce qu’il pouvait faire était d’alerter les autorités sur la présence de matières dangereuses, affirmant que même cela représentait un «travail supplémentaire» pour lui et son prédécesseur. Il a déclaré que l’autorité portuaire était responsable du matériel, tandis que son travail consistait à empêcher la contrebande et à percevoir les droits.

Le pouvoir judiciaire et l’autorité portuaire n’ont pas pu être contactés immédiatement pour commenter. Le gouvernement a déclaré mercredi qu’une enquête était en cours et que des responsables du port avaient été assignés à résidence.

La cargaison avait été stockée au port depuis qu’elle avait été confisquée sur un navire des années auparavant. Selon le calendrier et la taille de la cargaison, ce navire pourrait être le MV Rhosus. Le navire a été initialement saisi à Beyrouth en 2013 lorsqu’il est entré dans le port en raison de problèmes techniques, selon les avocats impliqués dans l’affaire. Il venait de la nation géorgienne et était à destination du Mozambique.

On pense que le stock a explosé après qu’un incendie se soit déclaré à proximité dans ce qui semblait être un entrepôt contenant des feux d’artifice. Daher, le douanier, a déclaré qu’il ne savait pas s’il y avait des feux d’artifice près du nitrate d’ammonium.

Une autre théorie est que l’incendie a commencé lorsque des soudeurs tentaient de réparer une porte cassée et un trou dans le mur du hangar 12, où le matériau explosif était stocké. Selon les médias locaux, les travaux de réparation ont été commandés par les forces de sécurité qui ont enquêté sur l’installation et craignaient un vol.

La révélation que la négligence du gouvernement a pu jouer un rôle dans la pire explosion de l’histoire de Beyrouth a alimenté une nouvelle colère contre la classe politique libanaise parmi une population déjà bouillonnante d’une crise financière en cours qui a plongé la moitié du pays dans la pauvreté.

Pour le peuple libanais, qui a vu impuissant l’effondrement de son économie ces derniers mois, l’explosion dévastatrice de Beyrouth est une catastrophe de trop. Le gouverneur de Beyrouth a estimé que jusqu’à 300 000 personnes pourraient avoir été temporairement sans abri par la catastrophe, qui, selon lui, coûterait 3 milliards de dollars au pays endetté.

Les explosions meurtrières ont frappé à un moment où la monnaie libanaise a chuté par rapport au dollar, les entreprises ont fermé en masse et la pauvreté a grimpé au même rythme alarmant que le chômage.

Près de la moitié des Libanais vivent désormais sous le seuil de pauvreté, selon les statistiques officielles. Les difficultés économiques ont été l’un des principaux moteurs des manifestations de masse qui ont commencé l’année dernière contre un système politique largement considéré comme corrompu et inepte.

La crise économique a été aggravée par la perte de revenus causée par les restrictions visant à endiguer la pandémie du COVID-19. Les deux tiers des ménages libanais ont vu leurs revenus baisser, selon une enquête du Programme alimentaire mondial (PAM) en juin, tandis que les deux cinquièmes des personnes interrogées s’étaient endettées pour acheter de la nourriture ou payer un loyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available