La Biélorussie tient un vote présidentiel tendu, Loukachenko en sort vainqueur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les Biélorusses se sont rendus aux urnes dimanche pour élire un président au milieu de fortes tensions. Les sondages officiels à la sortie ont montré que le président autoritaire Alexander Lukashenko avait recueilli 79,7% des voix.

La police a installé des points de contrôle à l’extérieur de la capitale pour étouffer les manifestations potentielles et a détenu au moins huit agents de campagne de l’opposition. Une figure majeure de l’opposition a fui le pays.

Les élections ont opposé Loukachenko, qui tenait une main de fer sur l’ex-nation soviétique depuis 1994, contre quatre autres dans une atmosphère chargée de grande consternation publique face à la détérioration de l’économie du pays, à la répression politique et au brossage par Loukachenko de la menace de coronavirus.

De longues files d’électeurs attendaient pour voter à Minsk. Alors que l’heure de clôture du scrutin approchait, la police a mis en place des points de contrôle à la périphérie de la ville et le service Internet dans une grande partie ou la totalité de la capitale était en panne.

Les partisans de l’opposition soupçonnent les responsables électoraux de manipuler les résultats pour donner à Loukachenko, 65 ans, un sixième mandat. Des manifestations sont attendues une fois les urnes fermées dimanche – et Loukachenko a clairement indiqué qu’il n’hésiterait pas à annuler toute manifestation.

«Si vous provoquez, vous obtiendrez la même réponse», a-t-il déclaré après avoir voté. «Voulez-vous essayer de renverser le gouvernement, briser quelque chose, blesser, offenser, et vous attendre à ce que moi ou quelqu’un s’agenouille devant vous et l’embrasse ainsi que le sable sur lequel vous avez erré? Cela n’arrivera pas. »

Bien qu’il y ait quatre candidats autres que Loukachenko sur le bulletin de vote, l’opposition s’est regroupée autour d’un seul: Sviatlana Tsikhanouskaya, l’épouse d’un blogueur de l’opposition emprisonné.

La campagne de Tsikhanouskaya a attiré un soutien très visible, une évolution très inhabituelle dans un pays où les voix de l’opposition sont généralement réprimées. Un de ses rassemblements dans la capitale de Minsk a réuni environ 60 000 personnes.

Conscient de la longue histoire de répression violente de la dissidence en Biélorussie – des manifestants ont été battus après les élections de 2010 et six candidats rivaux arrêtés, dont trois ont été emprisonnés pendant des années – Tsikhanouskaya a appelé au calme.

«J’espère que tout sera pacifique et que la police n’utilisera pas la force», a-t-elle déclaré dimanche après le vote.

Tsikhanouskaya est devenu le principal opposant de Loukachenko après que deux autres aspirants importants de l’opposition se sont vus refuser des places sur le bulletin de vote. L’un a été emprisonné pour des accusations qu’il qualifie de politique et l’autre, un entrepreneur et ancien ambassadeur aux États-Unis, Valery Tsepkalo, s’est enfui en Russie après avoir été averti qu’il serait arrêté et ses enfants emmenés.

L’épouse de Tsepkalo, Veronika, est devenue l’un des principaux membres de la campagne de Tsikhanouskaya, mais elle aussi a maintenant quitté le pays, a déclaré dimanche la porte-parole de la campagne, Anna Krasulina.

Huit membres du personnel de campagne de Tsikhanouskaya ont été arrêtés dimanche et le chef de campagne a été arrêté un jour plus tôt.

Trois journalistes de la chaîne de télévision indépendante russe Dozhd ont été arrêtés après avoir été contraints au sol par des policiers en civil dimanche après-midi. Maria Kolsenikova, une associée de haut rang de Tsikhanouskaya qui avait été brièvement détenue samedi soir, a déclaré à la station que les journalistes avaient été arrêtés peu de temps après l’avoir interviewée.

Certains électeurs ont été provocants face au vœu de Loukachenko de ne tolérer aucune manifestation.

«Il n’y a plus de peur. Les Biélorusses ne resteront pas silencieux et protesteront bruyamment », a déclaré dimanche Tatiana Protasevich, 24 ans, dans un bureau de vote à Minsk.

À l’ouverture des urnes, la commission électorale centrale du pays a déclaré que plus de 40% de l’électorat avait voté lors du vote anticipé, un chiffre susceptible de renforcer les inquiétudes quant à la légitimité des résultats en raison du potentiel de manipulation.

« Pendant cinq nuits, personne n’a gardé les urnes, ce qui donne aux autorités un large champ de manœuvres », a déclaré Veronika Tsepkalo à l’Associated Press (AP) dimanche, quelques heures avant de quitter la Biélorussie.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont les évaluations des élections sont largement considérées comme faisant autorité, n’a pas été invitée à envoyer des observateurs pour voter.

Tsikhanouskaya avait sillonné le pays, puisant dans la frustration du public face à la réponse farouche de Loukachenko à la pandémie et à la stagnation de l’économie soviétique du pays.

La Biélorussie, un pays de 9,5 millions d’habitants, a signalé plus de 68500 cas confirmés de coronavirus et 580 décès, mais les critiques ont accusé les autorités de manipuler les chiffres pour minimiser le nombre de morts.

Loukachenko a qualifié le virus de «psychose» et a refusé d’ordonner des restrictions pour bloquer sa propagation. Il a annoncé le mois dernier qu’il avait été infecté mais ne présentait aucun symptôme et se rétablissait rapidement, prétendument grâce à la pratique du sport. Il a défendu sa gestion de l’épidémie, affirmant qu’un verrouillage aurait condamné l’économie affaiblie du pays.

La Biélorussie a subi un coup dur économique après que son principal client d’exportation, la Russie, soit entré dans une récession provoquée par une pandémie et que d’autres marchés étrangers se soient contractés. Avant le coronavirus, l’économie contrôlée par l’État du pays était déjà bloquée depuis des années, suscitant la frustration du public.

Pourtant, pour certains électeurs, la longue et dure règle de Loukachenko est en sa faveur.

« C’est un politicien expérimenté, pas une femme au foyer qui est apparue de nulle part et a brouillé les eaux », a déclaré dimanche le retraité Igor Rozhov. «Nous avons besoin d’une main forte qui ne permettra pas les émeutes et les révolutions de couleur», une référence aux soulèvements qui ont contraint les dirigeants de Géorgie et d’Ukraine à quitter le pays.

La semaine dernière, les autorités bélarussiennes ont arrêté 33 entrepreneurs militaires russes et les ont accusés d’organiser des «émeutes de masse». L’opposition politique et de nombreux observateurs indépendants ont vu dans ces arrestations une tentative de consolider le déclin du soutien public de Loukachenko.

L’arrestation des Russes a marqué un pic sans précédent de tensions entre la Biélorussie et la Russie, qui ont souvent des différends acrimonieux malgré leurs liens étroits.

Lorsque la Russie et la Biélorussie ont signé un accord d’union en 1996, Loukachenko espérait l’utiliser comme un moyen de diriger un État unifié en tant que successeur du président russe en difficulté, Boris Eltsine. Les choses ont changé après que Vladimir Poutine est devenu président de la Russie en 2000, et le dirigeant biélorusse a commencé à résister à ce qu’il considérait comme une poussée du Kremlin pour le contrôle de la Biélorussie.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus