L’armée libanaise ne s’attend pas à trouver des survivants sur le site de l’explosion de Beyrouth

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’armée libanaise a déclaré dimanche que les espoirs de retrouver des survivants sur le site de l’explosion à Beyrouth avaient diminué après des jours d’opérations de recherche et de sauvetage soutenues par des experts internationaux.

« Après trois jours d’opérations de recherche et de sauvetage, nous pouvons dire que nous avons terminé la première phase, qui impliquait la possibilité de trouver des survivants », a déclaré le colonel Roger Khoury lors d’une conférence de presse.

« En tant que techniciens travaillant sur le terrain, nous pouvons dire que nous avons des espoirs de trouver des survivants », a ajouté Khoury, qui dirige une équipe de techniciens militaires opérant sur le site de l’explosion.

L’énorme explosion qui a frappé le port de Beyrouth a dévasté de grandes parties de la capitale libanaise, fait plus de 150 morts et blessé quelque 6 000 personnes.

Au moins 21 personnes sont toujours portées disparues, selon le ministère de la Santé.

Leurs proches ont regardé à bout de souffle les sauveteurs de France, d’Allemagne, de Russie, du Qatar et d’autres pays aider les autorités libanaises dans leurs efforts de recherche et de sauvetage.

Mais aucun n’a réussi à retrouver des survivants, pas même huit à neuf employés du port que les experts français croyaient emprisonnés vivants dans une salle de contrôle enfouie sous les décombres.

« Nous avons travaillé sans interruption pendant 48 heures à partir de jeudi matin pour tenter de rejoindre cette salle de contrôle. Malheureusement, nous n’avons pas trouvé un seul … survivant », a déclaré le colonel Vincent Tissier, chef de l’équipe française de secours. En collaboration avec d’autres équipes de sauvetage, Tissier a déclaré avoir réussi à découvrir un total de cinq cadavres.

La plupart des autorités libanaises affirment que l’explosion de mardi a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt portuaire, où une énorme cargaison de nitrate d’ammonium, un produit chimique pouvant être utilisé comme engrais ou comme explosif, languissait depuis des années.

La révélation que les responsables de l’État avaient longtemps toléré une bombe à retardement au cœur de la capitale a servi de preuve choquante à de nombreux Libanais de la pourriture au cœur de l’appareil d’État.

Les dirigeants mondiaux, les organisations internationales et un public libanais bouillonnant ont fait pression pour une enquête internationale, mais le président Michel Aoun a déclaré que les appels à une telle enquête sont une «perte de temps».

A Beyrouth, la fureur dans les rues a encore ébranlé le gouvernement assiégé du Premier ministre Hassan Diab, qui a vu sa première démission de cabinet lorsque le ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, a démissionné dimanche.

Au moins six législateurs ont également démissionné depuis l’explosion du 4 août.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available