Le Japon célèbre le 75e anniversaire du bombardement atomique de Nagasaki

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La ville japonaise de Nagasaki a commémoré dimanche le 75e anniversaire de sa destruction par une bombe atomique américaine, son maire et le chef des Nations Unies mettant en garde contre une course aux armements nucléaires.

Nagasaki a été aplati dans un enfer atomique trois jours après Hiroshima – deux attaques nucléaires qui ont sonné à l’ère nucléaire et ont donné au Japon la sombre distinction d’être le seul pays à être frappé par des armes atomiques.

Des survivants, leurs proches et une poignée de dignitaires étrangers ont assisté à une cérémonie commémorative à Nagasaki où ils ont appelé à la paix dans le monde.

Les participants ont offert une prière silencieuse à 11h02 (0402 GMT), heure à laquelle la deuxième et dernière arme nucléaire utilisée en temps de guerre a été larguée au-dessus de la ville.

« La véritable horreur des armes nucléaires n’a pas encore été correctement transmise au monde entier » malgré des décennies d’efforts de la part des survivants racontant leur « expérience infernale », a déclaré le maire de Nagasaki Tomihisa Taue dans un discours.

«Si, comme pour le nouveau coronavirus – dont nous n’avions pas peur avant qu’il ne commence à se propager dans notre environnement immédiat – l’humanité ne prend conscience de la menace des armes nucléaires tant qu’elles ne sont pas réutilisées, nous nous retrouverons dans une situation irrévocable situation difficile. »

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, dans un message lu par son sous-secrétaire Izumi Nakamitsu, a averti que « la perspective d’une utilisation intentionnelle d’armes nucléaires, par accident ou par erreur de calcul, est dangereusement élevée ».

« Les progrès historiques en matière de désarmement nucléaire sont menacés … Cette tendance alarmante doit être inversée », a-t-il déclaré.

«  Un monde sans nucléaire  »

Le nombre de participants à la cérémonie de cette année a été réduit à environ un dixième du chiffre des années précédentes en raison des craintes de coronavirus, les débats étant diffusés en direct en ligne en japonais et en anglais.

Le Premier ministre Shinzo Abe a renouvelé sa promesse que le Japon conduirait «les efforts de la communauté internationale pour la réalisation d’un monde sans nucléaire».

Terumi Tanaka, 88 ans, qui a survécu au bombardement de Nagasaki alors qu’il avait 13 ans chez lui sur une colline, se souvient du moment où tout est devenu blanc avec un flash de lumière et des conséquences.

« J’ai vu de nombreuses personnes avec de terribles brûlures et blessures évacuer … des personnes qui étaient déjà mortes dans un abri transformé en école primaire », a déclaré Tanaka à l’AFP dans un récent entretien, affirmant que ses deux tantes étaient décédées.

Les survivants de la bombe atomique « croient que le monde doit abandonner les armes nucléaires parce que nous ne voulons jamais que les jeunes générations vivent la même chose », a-t-il déclaré.

Le souvenir survient alors que les inquiétudes persistent quant à la menace nucléaire de la Corée du Nord et aux tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine sur des questions telles que la sécurité et le commerce.

Les États-Unis ont largué la première bombe atomique sur Hiroshima le 6 août 1945, tuant environ 140 000 personnes. Le bilan comprend ceux qui ont survécu à l’explosion elle-même mais sont décédés peu de temps après par exposition aux radiations.

Trois jours plus tard, les États-Unis ont largué une bombe au plutonium sur la ville portuaire de Nagasaki, tuant 74 000 personnes.

Le Japon a annoncé sa reddition lors de la Seconde Guerre mondiale le 15 août 1945.

Les États-Unis n’ont jamais accédé aux demandes au Japon de présenter des excuses pour la perte de vies innocentes dans les bombardements atomiques, que de nombreux historiens occidentaux estiment nécessaires pour mettre un terme rapide à la guerre et éviter une invasion terrestre qui aurait pu être encore plus cher.

D’autres considèrent les attaques comme des atrocités inutiles et même expérimentales.

L’année dernière, le pape François a rencontré plusieurs survivants lors de visites à Hiroshima et à Nagasaki, rendant hommage à «l’horreur indicible» subie par les victimes.

En 2016, Barack Obama est devenu le premier président américain en exercice à se rendre à Hiroshima. Il n’a présenté aucune excuse pour l’attaque, mais a embrassé les survivants et a appelé à un monde exempt d’armes nucléaires.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available