Laminute.info: site d'actualité générale

Israël tente d’expulser une famille palestinienne de sa maison troglodyte

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La maison d’Ahmed Amarneh, avec une porte en bois ouvrant sur des pièces rembourrées, n’est pas la première résidence palestinienne en Cisjordanie occupée à recevoir un avis de démolition d’Israël.

Mais c’est peut-être le premier construit à l’intérieur d’une grotte que l’État juif a menacé de détruire.

Amarneh, un ingénieur civil de 30 ans, vit avec sa famille dans le village de Farasin, au nord de la Cisjordanie, où Israël insiste sur le fait qu’il doit approuver toute nouvelle construction résidentielle et peut démolir les maisons construites sans permis.

« J’ai essayé deux fois de construire (une maison), mais les autorités d’occupation m’ont dit qu’il était interdit de construire dans la région », a déclaré Amarneh à l’AFP, utilisant un terme pour désigner Israël utilisé par certains Palestiniens.

Les accords de paix d’Oslo des années 90 ont donné aux Palestiniens l’autonomie dans certaines parties de la Cisjordanie.

Cependant, environ 60% du territoire surnommé la zone C, où se trouve Farasin, reste sous le contrôle civil et militaire israélien.

Les Nations Unies considèrent la zone C comme un territoire palestinien occupé.

Mais Israël y a de plus en plus alloué des terres pour la construction de colonies juives – des communautés considérées comme illégales par le droit international.

Convaincu qu’il n’obtiendrait jamais l’approbation israélienne pour construire une maison dans son village, Amarneh a jeté son dévolu sur une grotte dans les contreforts surplombant Farasin.

Amarneh a déclaré qu’il pensait qu’en tant que formation naturelle ancienne, Israël ne pouvait pas prétendre que la grotte avait été construite illégalement, tandis que l’Autorité palestinienne (AP) a accepté d’enregistrer la terre à son nom.

‘Je n’ai pas fait la grotte’

Amarneh, dont les compétences de bricoleur sont considérables, a scellé l’entrée de la grotte avec un mur de pierre et a installé une porte en bois en son centre.

Il a conçu une cuisine, un salon et des espaces de couchage pour lui-même, sa femme enceinte et leur jeune fille. Il y a même un logement pour les invités.

Il a déclaré à l’AFP qu’il y vivait depuis un an et demi mais qu’il a reçu un avis de démolition des autorités israéliennes en juillet, ainsi que 20 autres familles palestiniennes à Farasin.

La branche militaire israélienne responsable des affaires civiles en Cisjordanie, COGAT, a déclaré à l’AFP que des avis de démolition avaient été signifiés à certaines résidences de Farasin en raison de «structures construites illégalement, sans les permis et approbations nécessaires».

Amarneh a déclaré à l’AFP qu’il avait été « surpris » d’apprendre qu’il avait construit quoi que ce soit illégalement.

«Je n’ai pas fait la grotte. Elle existe depuis l’antiquité», dit-il en tenant sa jeune fille dans ses bras.

« Je ne comprends pas comment ils peuvent m’empêcher de vivre dans une grotte. Les animaux vivent dans des grottes et ne sont pas jetés. Alors, laissez-les me traiter comme un animal et laissez-moi vivre dans la grotte. »

‘Ancêtres enterrés ici’

Les habitants arabes ont établi le village de Farasin en 1920, a déclaré le chef du conseil local Mahmud Ahmad Nasser.

Il a été abandonné pendant la guerre des Six jours en 1967, l’année du début de l’occupation israélienne de la Cisjordanie.

Mais à partir des années 1980, d’anciens résidents ont commencé à retourner dans la région. Nasser a estimé sa population actuelle à environ 200 personnes.

Farasin ressemble moins à un village qu’à un petit ensemble de maisons largement espacées.

L’AP a officiellement reconnu la communauté de Farasin en mars, mais la crise du coronavirus l’a empêchée de fournir de l’électricité à la région, a déclaré le conseil local.

Le COGAT avait indiqué en avril qu’il pourrait suspendre certaines démolitions prévues en raison de la pandémie.

Mais, selon le groupe de campagne anti-colonisation israélien B’Tselem, Israël a démoli en juin 63 structures palestiniennes.

Environ 450 000 colons juifs vivent en Cisjordanie, aux côtés de quelque 2,7 millions de Palestiniens.

Les habitants de Farasin, en plus de craindre l’arrivée peut-être imminente de bulldozers, ont déclaré avoir repéré une caravane appartenant à un colon juif de la région, qui semblait être en train d’installer une maison.

«Le colon est arrivé ici il y a quelque temps avec ses moutons», a déclaré Nasser, le chef du conseil local, demandant pourquoi un colon arriverait au moment où on leur a demandé de partir.

« Notre peuple a vécu ici pendant des générations. Nos ancêtres sont enterrés ici. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus