L’Égypte organise un vote discret pour la restauration de la Chambre haute du Parlement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les Égyptiens ont commencé à voter mardi pour le Sénat – la chambre haute du Parlement qui a été relancée dans le cadre d’amendements constitutionnels approuvés lors d’un référendum l’année dernière – une élection qui survient alors que le pays fait face à une augmentation quotidienne du nombre de cas de coronavirus.

Les autorités ont déclaré que des masques faciaux seraient distribués gratuitement aux électeurs et que les bureaux de vote ont été désinfectés avant le scrutin pour apaiser les inquiétudes au milieu de la pandémie.

Le vote est surtout un exercice symbolique car le Sénat – contrairement à la Chambre des représentants, la chambre basse – n’a pas de pouvoirs législatifs et aura principalement un rôle consultatif. Il remplace le Conseil de la Shura, qui a été dissous en 2014.

Le scrutin s’étendra sur deux jours pour permettre un taux de participation maximal, car quelque 63 millions d’électeurs peuvent voter. Ils choisiront les deux tiers des 300 membres du Sénat, 787 candidats se présentant pour ces 200 sièges au Sénat. Les expatriés égyptiens à l’étranger ont voté dimanche et lundi.

Les 100 premiers sièges en lice sont réservés aux candidats individuels, le second à ceux qui se présentent sur une liste dominée par les partis progouvernementaux. Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi choisira les 100 membres restants.

Les résultats étaient attendus d’ici une semaine et le ruissellement aura lieu en septembre. En vertu des amendements constitutionnels approuvés en avril de l’année dernière, les femmes auront un quota de 25% dans la chambre.

Lasheen Ibrahim, président de l’Autorité électorale nationale, a qualifié le vote de «devoir national» et a averti samedi dans des commentaires télévisés que ceux qui boycotteraient l’élection pourraient être condamnés à une amende allant jusqu’à 500 livres égyptiennes (32 dollars), en vertu d’une loi égyptienne en vigueur depuis des années. mais n’a jamais été vraiment mis en œuvre.

Au cours des deux dernières semaines, le Caire et d’autres villes et villages du pays ont été inondés d’affiches et de banderoles de candidats, pour la plupart des hommes d’affaires et des politiciens pro-gouvernementaux.

L’élection intervient malgré une hausse des cas de coronavirus cette semaine, après que le nombre quotidien rapporté est passé d’environ 1500 à 112 le 4 août. Cependant, le nombre réel de cas de COVID-19, comme ailleurs dans le monde, serait loin plus élevé, en partie en raison de tests limités.

Le ministère de la Santé a signalé lundi 174 nouveaux cas de virus et 26 décès. Dans l’ensemble, le pays de plus de 100 millions d’habitants a signalé plus de 95600 cas confirmés, dont 5035 décès – le plus grand nombre de décès dans le monde arabe et le troisième au Moyen-Orient, à la suite de l’Iran et de la Turquie, selon un décompte de L’Associated Press (AP).

Les derniers amendements constitutionnels de l’Égypte ont prolongé le mandat d’un président de quatre à six ans, autorisant un maximum de deux mandats. Mais ils comprenaient également un article spécifique prolongeant à six ans le deuxième mandat de quatre ans d’el-Sissi et lui permettant de se présenter pour un autre mandat de six ans en 2024 – prolongeant potentiellement son mandat jusqu’en 2030.

El-Sissi a conduit en 2013 le renversement militaire du premier président égyptien démocratiquement élu, Mohammed Morsi. El-Sissi a depuis présidé une répression sans précédent contre la dissidence.

Les voix de l’opposition ont été largement exclues et des milliers de personnes, dont de nombreux militants pro-démocratie, ont été arrêtées. Les libertés gagnées en 2011, lorsque les manifestations de masse ont mis fin au règne de près de trois décennies du président Hosni Moubarak, ont été largement annulées.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus