Une famille cachemirienne affirme que les forces indiennes ont tué 3 civils

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une famille cachemirie a allégué que trois de leurs proches avaient été tués lors d’une opération organisée par l’armée indienne, révélant des cas en cours d’exécutions extrajudiciaires dans la région à majorité musulmane contestée.

Les trois jeunes hommes – âgés de 18, 21 et 25 ans – sont des cousins ​​qui, selon leurs familles, étaient allés à Shopian pour travailler comme ouvriers. Ils ont été entendus pour la dernière fois le 17 juillet. Dimanche, les familles ont déclaré avoir reçu des photographies diffusées sur les réseaux sociaux de trois corps qui, selon l’armée indienne, étaient des «terroristes non identifiés» tués lors de la fusillade de Shopian. Ils ont reconnu les corps comme leurs proches disparus et ont déposé un rapport auprès de la police.

« Ils n’avaient même pas de connexion à distance avec le militantisme », a déclaré Mohammed Yousuf, le père de l’un des hommes. Il a déclaré que son fils avait parlé pour la dernière fois à sa femme le 17 juillet et que le lendemain, les téléphones portables des trois cousins ​​avaient été commutés. Il a appelé à «une enquête, une vérification de leurs enregistrements d’appels et des vérifications des antécédents» pour prouver leur innocence.

Le porte-parole de l’armée, le colonel Rajesh Kalia, a déclaré dans un bref communiqué que « l’armée enquête sur l’affaire ».

« Les trois terroristes tués lors de la rencontre n’ont pas été identifiés et ont été enterrés sur la base des protocoles établis », a ajouté le communiqué.

Après les meurtres de juillet, Brig. Ajay Kotach a déclaré que l’opération militaire avait été lancée après avoir reçu des informations sur la présence de rebelles. La police, qui serait normalement présente à de telles opérations, n’a pas participé à celle-ci et a lancé sa propre enquête, a déclaré un haut responsable de la police, s’exprimant sous couvert d’anonymat, comme le rapporte l’Agence France-Presse (AFP).

L’incident a provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux et des groupes locaux pro-indiens, le Parti communiste indien et le Parti Jammu Kashmir Apni, ont exigé une enquête indépendante sur les décès.

L’incident pourrait également aggraver la colère anti-indienne dans la région contestée, où les forces indiennes ont été à plusieurs reprises accusées de viser des civils. En 2010, un soulèvement massif a éclaté au Cachemire après qu’une enquête policière a révélé que des soldats indiens avaient tué trois civils dans une fusillade organisée et ont ensuite déclaré que leurs victimes étaient des militants afin de réclamer une récompense. L’armée a répondu en suspendant deux officiers.

Le différend du Cachemire, l’un des plus anciens à l’ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations Unies, a éclaté entre l’Inde et le Pakistan en 1947. Le Conseil de sécurité a appelé à un référendum pour décider du sort de la région en 1948. Alors que l’Inde dit la décision de soutenir l’adhésion à L’Inde prise lors d’élections tenues dans des territoires contrôlés par une administration soutenue par New Delhi a rendu un référendum inutile, l’ONU et le Pakistan disent qu’un référendum doit prendre en compte les points de vue des électeurs de l’ancien État princier.

Depuis 1947, plus de 94 000 Cachemiris ont été tués lors d’affrontements avec les autorités indiennes, selon des sources pakistanaises. Islamabad a exhorté la communauté internationale à s’acquitter de son obligation morale et juridique en donnant aux Cachemiris la possibilité de réaliser leur droit inaliénable à l’autodétermination conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available