3 morts dans les violences policières indiennes après que la publication sur les réseaux sociaux anti-musulmans a déclenché des troubles

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Trois personnes sont mortes de blessures par balle lors d’affrontements entre la police et des milliers de manifestants après qu’un message anti-musulman sur Facebook a déclenché des émeutes dans le centre informatique indien, Bangalore.

La police a ouvert le feu à balles réelles et a lancé des gaz lacrymogènes dans la foule, lors d’un autre incident de violence policière dans le pays. Trois personnes ont été grièvement blessées lors des violences de mardi et au moins un journaliste a été blessé, selon les rapports.

Le commissaire de police de Bangalore, Kamal Pant, a écrit sur Twitter qu’une centaine de personnes avaient été arrêtées pour émeute et incendie criminel et que la situation était désormais sous contrôle.

Une interdiction de rassemblement était en vigueur dans certains quartiers de la ville mercredi, avec près de 10 000 réservistes de la police patrouillant dans les rues pour maintenir l’ordre.

Le chaos a été déclenché par une publication incendiaire sur les médias sociaux sur le prophète Mahomet, partagée par un parent d’un législateur local, selon les médias indiens. Mardi soir, les manifestants ont encerclé la maison du législateur et incendié des voitures. Un poste de police a également été attaqué et incendié.

L’Inde, avec une population de plus de 1,3 milliard d’habitants, est à 80% hindoue et à 14% musulmane, ce qui signifie qu’elle compte l’une des plus grandes populations musulmanes de tous les pays du monde.

Il y a eu de plus en plus de questions sur la position du gouvernement, dirigé par le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP) du Premier ministre Narendra Modi, envers les 172 millions de musulmans de l’Inde.

Les attaques contre les minorités, en particulier les musulmans, ont fortement augmenté dans toute l’Inde au cours des dernières années sous la direction de Modi.

Les politiques sectaires du gouvernement indien ont causé la mort de dizaines de personnes, la reprise des affrontements sectaires et les tensions croissantes entre musulmans et hindous dans le pays. Alors qu’au moins 53 personnes, pour la plupart des musulmans, ont été tuées dans les rues de New Delhi, il y a de la peur et de la colère parmi les musulmans quant aux raisons pour lesquelles ils ont été punis tandis que les hindous prudents sont étonnés car ils sont conscients que l’escalade sectaire peut conduire à des résultats indésirables.

La Commission des minorités de Delhi (DMC) promouvant les droits des minorités religieuses de l’Inde a déclaré en juillet que la police indienne n’avait pas protégé les musulmans faisant campagne contre une nouvelle loi sur la citoyenneté lors des violentes émeutes à Delhi cette année.

Les affrontements ont éclaté au milieu d’un tollé suscité par une nouvelle loi fédérale ouvrant la voie à la citoyenneté pour six groupes religieux des pays voisins, à l’exception des musulmans.

Les critiques ont déclaré que la loi était discriminatoire et bafouait la constitution laïque de l’Inde.

La révocation du statut spécial du Jammu-et-Cachemire, la loi sur la citoyenneté anti-musulmane et la construction de camps de détention pour les Bengalis musulmans en Assam sont les premières étapes du gouvernement indien actuel pour créer une «Inde purifiée», basée sur l’identité hindoue.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus