La Biélorussie retient 1000 manifestants alors que l’UE annonce un sommet extraordinaire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La police biélorusse a arrêté plus de 1000 manifestants lors de la troisième nuit de manifestations mardi qui ont éclaté à la suite d’une élection contestée, attribuant un nouveau mandat au président Alexander Lukashenko, a déclaré le ministère de l’Intérieur biélorusse.

Le ministère a déclaré mercredi que 51 manifestants et 14 policiers avaient été blessés pendant la nuit.

Dans le même temps, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne tiendront vendredi une réunion extraordinaire pour examiner la situation en Biélorussie, a annoncé le chef de la politique étrangère, Josep Borrell.

« Nous discuterons des questions urgentes et aborderons la situation en Méditerranée orientale, les élections présidentielles au Bélarus ainsi que les développements au Liban », a-t-il tweeté mercredi.

Les ministres discuteront également de la situation au Liban et en Méditerranée orientale.

Borrell a averti mardi que le bloc des 27 pays envisageait de prendre des mesures contre les personnes impliquées dans la répression policière ou contre des responsables qui auraient pu interférer avec le vote. Borrell a déclaré que les élections « n’étaient ni libres ni équitables » et a appelé Minsk à entamer un dialogue avec la société pour éviter de nouvelles violences.

En 2016, l’UE a levé la plupart des sanctions qu’elle avait imposées à la Biélorussie en 2004 après que Loukachenko, surnommé «le dernier dictateur d’Europe en Occident», ait libéré des prisonniers politiques et autorisé les manifestations.

Le principal candidat de l’opposition à l’élection présidentielle biélorusse est parti pour la Lituanie mardi, mais des manifestants anti-gouvernementaux se sont encore rendus pour une troisième nuit consécutive pour protester contre les résultats du vote, malgré une répression policière massive qui a suscité un avertissement concernant d’éventuelles sanctions de l’UE.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Minsk et de plusieurs autres villes mardi soir. Les affrontements entre les manifestants et la police utilisant des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc pour disperser les foules se sont poursuivis jusque tard dans la nuit.

Plus tôt mardi, Sviatlana Tsikhanouskaya, 37 ans, une ancienne enseignante d’anglais qui est entrée dans la course après l’emprisonnement de son mari en Biélorussie, s’est excusée auprès de ses soutiens dans une déclaration vidéo et a déclaré que c’était son propre choix de quitter le pays.

«C’était une décision très difficile à prendre», a déclaré Tsikhanouskaya, l’air hagard et en détresse. «Je sais que beaucoup d’entre vous me comprendront, beaucoup d’autres me condamneront et certains me détesteront même. Mais Dieu vous en préserve jamais faire face au choix auquel j’ai été confronté.

Dans une autre déclaration vidéo publiée plus tard mardi, elle a exhorté ses partisans à respecter la loi et à éviter les affrontements avec la police.

Ces déclarations ont marqué une volte-face brusque pour Tsikhanouskaya quelques heures après qu’elle eut rejeté les résultats officiels de l’élection de dimanche qui montraient que le président Alexander Lukashenko remportait un sixième mandat avec un glissement de terrain de 80% des voix et qu’elle n’obtenait que 10%.

Ses aides de campagne ont déclaré qu’elle avait pris les mesures inattendues sous la contrainte. Le mari de Tsikhanouskaya, un blogueur de l’opposition qui espérait se présenter à la présidence, est emprisonné depuis son arrestation en mai.

Loukachenko, qui a dirigé d’une main de fer l’ex-nation soviétique de 9,5 millions d’habitants depuis 1994, a tourné en dérision l’opposition comme un «mouton» manipulé par des maîtres étrangers et a juré de continuer à adopter une position ferme face aux protestations malgré les réprimandes occidentales sur les élections.

Des milliers de partisans de l’opposition qui protestaient contre les résultats des élections ont rencontré des tactiques policières agressives dans la capitale Minsk et dans plusieurs autres villes biélorusses.

Lundi, un manifestant est mort au milieu d’affrontements à Minsk et des dizaines de blessés ont été blessés alors que la police utilisait des gaz lacrymogènes, des grenades flash-bang et des balles en caoutchouc pour les disperser.

Les responsables de la santé du Bélarus ont déclaré que plus de 200 personnes avaient été hospitalisées pour des blessures à la suite des manifestations et que certaines avaient été opérées.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus