Les États-Unis n’ont pas évalué les décès potentiels de civils dus aux ventes d’armes saoudiennes, selon un rapport

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le département d’État américain n’a pas pleinement évalué le risque de pertes civiles au Yémen lorsqu’il a procédé à une énorme vente de munitions à guidage de précision en 2019 à l’Arabie saoudite, a déclaré mardi un rapport de surveillance du gouvernement.

« Le BIG (l’Inspecteur général du Département d’État) a constaté que le Département n’avait pas pleinement évalué les risques et mis en œuvre des mesures d’atténuation pour réduire les pertes civiles et les problèmes juridiques associés au transfert des MGP inclus dans la certification d’urgence du Secrétaire de mai 2019 », indique le rapport.

Le Congrès avait demandé une enquête sur la décision de l’administration Trump en mai 2019 de faire avancer 8 milliards de dollars de ventes militaires à l’Arabie saoudite et à d’autres pays, contournant le processus de révision du Congrès en déclarant une urgence face aux tensions avec l’Iran.

Les législateurs avaient bloqué certaines des ventes par crainte que les bombes intelligentes Raytheon et d’autres équipements ne contribuent à la catastrophe humanitaire au milieu de la guerre civile au Yémen.

Le rapport n’a pas pris position sur le bien-fondé de la déclaration d’urgence et a déclaré que le département d’État n’avait pas violé la loi sur le contrôle des exportations d’armes.

Un responsable du ministère avait informé les journalistes avant la publication du rapport, vantant cette conclusion.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo ne s’est pas assis pour une interview pour le rapport, soumettant plutôt une déclaration écrite.

Le rapport a noté que le département d’État avait autorisé certaines ventes moins importantes de pièces de munitions à guidage de précision à l’Arabie saoudite sans examen par le Congrès, affirmant qu’elles étaient en dessous du seuil d’examen par le Congrès.

Il a également déclaré que la plupart des ventes d’armes approuvées dans le cadre de la commande d’urgence n’avaient pas été livrées, des mois après la déclaration de l’urgence.

Le rapport fait suite au licenciement brutal du président Donald Trump en mai de l’inspecteur général de l’époque, Steve Linick, qui menait l’enquête.

Des comités du Congrès enquêtent sur son licenciement, l’un d’une série de licenciements de chiens de garde du gouvernement par Trump qui ont soulevé des préoccupations concernant la surveillance.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus