Un journaliste égyptien arrêté pour avoir rapporté la mort d’un détenu

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un éminent journaliste égyptien qui a rapporté la mort d’un jeune homme en garde à vue a été arrêté pour avoir rapporté de fausses nouvelles, a déclaré vendredi son employeur, dernier coup porté à la liberté de la presse dans le pays.

L’arrestation du journaliste Islam el-Kalhy intervient après l’arrestation de plusieurs autres reporters locaux ces dernières semaines, malgré les craintes de propagation du coronavirus dans les prisons égyptiennes.

Le gouvernement du président Abdel Fattah el-Sissi a restreint l’espace pour les médias traditionnels et a éradiqué presque toute dissidence dans le cadre d’une vaste répression.

Le contenu des médias d’État est étroitement contrôlé, tandis que la plupart des médias d’information privés du pays ont été acquis par les services de renseignement égyptiens ou des partisans d’el-Sissi. Le ministère de l’Intérieur n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Par le passé, les autorités égyptiennes ont nié les violations des droits et justifié les arrestations pour des raisons de sécurité nationale.

El-Kalhy a été arrêté par la police « alors qu’il faisait son travail », a déclaré son employeur, Darb, un média appartenant à un parti d’opposition socialiste en Egypte.

Il a été disparu de force pendant 24 heures avant de faire surface jeudi au parquet, où il a été placé en détention pendant 15 jours pour diffusion de fausses informations.

Il avait rendu compte des «répercussions» de la mort d’un jeune homme en détention, a indiqué le média, une affaire contestée qui a déclenché une rare rafale de manifestations de rue plus tôt cette semaine.

La famille du détenu de 26 ans accuse la police de l’avoir tué, ce que nie le ministère de l’Intérieur. Le ministère insiste sur le fait que l’homme décédé avait été blessé dans des affrontements résultant d’un conflit financier dans le district de Moneib au Caire.

Les manifestations de rue spontanées devant le poste de police ont été rapidement dispersées, mais ont plus largement évoqué l’indignation suscitée par la brutalité policière qui a contribué à déclencher le soulèvement de 2011 qui a renversé l’autocrate égyptien de longue date, le président Hosni Moubarak.

Les manifestations sont interdites depuis 2013, date à laquelle el-Sissi a dirigé le renversement par l’armée du premier président égyptien démocratiquement élu Mohammed Morsi.

Khaled el-Balshy, rédacteur en chef de Darb et ancien membre du conseil d’administration du syndicat, a vigoureusement dénoncé l’arrestation d’el-Kalhy.

«C’est une situation misérable au point où faire du travail journalistique équivaut plus à commettre un crime», a-t-il déclaré.

Les censeurs du gouvernement ont bloqué Darb, ainsi que ses deux publications précédentes, d’un accès facile à Internet dans le pays, a-t-il déclaré.

« La longue file de journalistes égyptiens emprisonnés ne s’arrête pas », a déclaré el-Balshy. «Chaque jour, un autre s’ajoute, le dernier en date étant mon cher collègue.»

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus