29 policiers allemands arrêtés pour propagande d’extrême droite dans des groupes de discussion

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les autorités de l’Allemagne de l’Ouest ont suspendu 29 policiers soupçonnés de partager de la propagande d’extrême droite au sein de groupes WhatsApp, dont au moins deux étaient actifs depuis plusieurs années, a déclaré mercredi un haut responsable de la sécurité.

Les enquêteurs ont fouillé 34 lieux, y compris des postes de police et des appartements privés dans la région industrielle de la Ruhr, a déclaré Herbert Reul, le ministre de l’Intérieur de l’État de Rhénanie du Nord-Westphalie, le plus peuplé d’Allemagne.

Le matériel qui a été partagé comprenait «l’agitation néonazie, raciste et anti-réfugiés la plus fétide et la plus répugnante», a déclaré Reul, qui a ajouté que l’affaire le laissait «sans voix».

Les images offensantes comprenaient des photos d’Adolf Hitler et des croix gammées, une représentation fictive d’un réfugié dans la chambre à gaz d’un camp de concentration et une autre se moquant de la fusillade de personnes à la peau noire, a ajouté Reul.

Le matériel a été échangé dans au moins cinq groupes WhatsApp utilisés entièrement ou en grande partie par des policiers, a déclaré Reul. L’un de ces groupes a apparemment été créé en 2012, et celui qui contenait le plus d’images, en 2015. Le message le plus récent a été envoyé le 27 août.

La plupart des policiers qui auraient été impliqués ont travaillé à un moment donné dans le même commissariat de police à Muelheim an der Ruhr, a déclaré Reul. Tous les 29 ont été suspendus avec effet immédiat mercredi et une procédure disciplinaire a été ouverte.

« Nous devons nous poser des questions désagréables », a déclaré Reul. « Qui savait à ce sujet? Pourquoi cela a-t-il été toléré pendant des années? Par qui? »

L’affaire met en lumière l’idéologie néo-nazie dans les forces de police allemandes, un problème que les hauts responsables de la sécurité avaient auparavant minimisé alors qu’ils mettaient en garde contre la menace croissante de violence d’extrême droite ces dernières années.

En juillet, Horst Seehofer, le plus haut responsable allemand de la sécurité au niveau fédéral, a rejeté les appels à une enquête sur l’étendue du profilage racial par la police, insistant sur le fait qu’il n’y avait «aucun problème structurel».

Cependant, il a reconnu en mai que le nombre de crimes antisémites commis en Allemagne a augmenté de 13% l’année dernière, tandis que le nombre de crimes à motivation politique a augmenté de 14% l’année dernière pour atteindre 41177, dont plus de la moitié ont été commis de loin. radicaux de droite. Les crimes, principalement du vandalisme, commis par des militants de gauche ont bondi de 23%.

« La plus grande menace dans notre pays vient de la droite », a déclaré Seehofer.

En avril, des groupes d’extrême droite en Allemagne ont menacé le président de l’Institut turc Yunus Emre, qui est chargé de promouvoir la langue et la culture turques dans le monde, dans la capitale Berlin.

S’adressant à l’agence Anadolu (AA), Feyzullah Bahçi, qui travaille à Berlin depuis deux ans, a déclaré qu’une lettre contenant des commentaires racistes avait été placée sur la vitre de sa voiture. Bahçi a trouvé la lettre quand il est monté dans sa voiture pour faire du shopping.

«Quand j’ai pris la lettre, j’ai vu qu’elle était menaçante. Quand j’ai regardé d’autres parties de la voiture, j’ai également réalisé qu’il y avait des rayures sur le capot et les fenêtres », a-t-il déclaré.

Selon un rapport publié dimanche par un quotidien allemand, 871 attaques ont visé la communauté musulmane d’Allemagne l’année dernière.

« La haine des musulmans continue de se manifester dans des attaques violentes, des menaces et des insultes », a déclaré la porte-parole du Parti de gauche, Ulla Jelpke.

L’Allemagne enregistre les crimes islamophobes séparément depuis 2017. Le nombre total de cas en 2019 n’a pas été officiellement annoncé. En 2018, il y a eu 910, dont 48 attaques contre les seules mosquées, un peu moins qu’en 2017 avec 1095 crimes.

Plus de 90% d’entre eux ont été attribués à des crimes à motivation politique commis par l’extrême droite. Bien que le nombre global de crimes ait diminué, les agressions ont augmenté, a souligné le quotidien allemand Die Tageszeitung.

En 2017, les autorités ont signalé 56 agressions islamophobes avec un total de 38 blessés. En 2018, il y a eu 74 infractions avec un total de 52 blessures – dont deux tentatives de meurtre.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus