Les habitants du nord de la Syrie reconnaissants à la Turquie d’avoir mis fin à l’oppression des YPG

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Alors que cela fait presque un an que les Forces armées turques (TSK) ont libéré les villes du nord de la Syrie de Tal Abyad et Ras al-Ain de l’oppression des groupes terroristes, la population locale de la région vit désormais dans un environnement sûr et stable après des milliers des personnes sont rentrées chez elles.

La population locale est ravie que l’époque où les groupes terroristes du PKK, branche syrienne YPG, collectaient de l’argent de force et recrutait des enfants comme soldats soit révolue. Ils ont exprimé leur gratitude à la Turquie pour avoir mis fin à l’oppression des terroristes et assuré la sécurité de la région.

De nombreuses personnes ont dû fuir en raison de l’oppression des terroristes. Ils ne pouvaient pas revenir dans leurs maisons et leurs terres où ils étaient nés et avaient grandi pendant des années. En l’absence de ces personnes, les terroristes ont saisi leurs maisons, leurs voitures et leurs terres. Suite à l’opération Peace Spring, des milliers de personnes sont rentrées chez elles parce qu’elles se sentaient en sécurité en raison de la présence de la Turquie dans la région. A leur retour, Tal Abyad et Ras al-Ain sont revenus à leurs vieux jours, ont déclaré des habitants de la région, s’adressant à l’agence de presse Demirren (DHA).

La Turquie a lancé l’opération Peace Spring le 9 octobre 2019 pour éliminer les éléments terroristes des YPG / PKK à l’est de l’Euphrate afin de sécuriser les frontières de la Turquie, d’aider au retour en toute sécurité des réfugiés syriens et de garantir l’intégrité territoriale de la Syrie. Dans le cadre de l’opération, Tal Abyad et Ras al-Ain ont été officiellement débarrassés des éléments terroristes.

Ils ont également mentionné que les YPG / PKK ont tenté de changer la démographie des villes en pratiquant des politiques discriminatoires à l’encontre de la population arabe de la région. Ils ont forcé les Arabes à fuir la région et les ont exclus des processus décisionnels, ont déclaré des civils.

Les populations locales vivant dans les zones tenues par les YPG / PKK ont longtemps souffert de ses atrocités, car l’organisation terroriste a un bilan notoire de violations des droits humains, allant des enlèvements, du recrutement d’enfants soldats, de la torture, du nettoyage ethnique et des déplacements forcés en Syrie. Les YPG / PKK ont contraint les jeunes des zones sous son contrôle à unir leurs forces dans le cadre de la soi-disant «conscription obligatoire dans le devoir d’une loi de légitime défense» depuis 2017. En vertu de cette pratique, les jeunes de 18 ans à 30 sont recrutés de force pour neuf mois, avec possibilité de prolongation si nécessaire. Ceux qui refusent de rejoindre le groupe « subissent de graves répercussions », notamment l’emprisonnement.

Les habitants ont également déclaré que si le groupe terroriste a intensifié son oppression avant l’opération transfrontalière de la Turquie, il a planté des explosifs et converti de nombreuses écoles et autres bâtiments publics en bases militaires, certaines abritant même des tunnels où les terroristes peuvent se cacher et s’échapper.

Depuis la réussite de l’opération Peace Spring, les soldats et les institutions turques ont mis en œuvre un large éventail de mesures pour éliminer les traces de terrorisme dans les districts libérés de Ras al-Ain et de Tal Abyad en réparant les hôpitaux et les écoles, en déminant la région et, plus récemment, en fournissant un COVID vital. -19 aide.

Nous manquions de tous les services publics lorsque la région était sous le contrôle de groupes terroristes pendant des années. Cependant, nous avons connu un changement et une transformation radicaux après l’opération Peace Spring. La Turquie a réparé des bâtiments publics, y compris des hôpitaux et des écoles, et les a offerts à notre service. Nous sommes très heureux que nos villes, qui ont été démolies par des terroristes, aient été reconstruites en quelques mois », a déclaré le peuple syrien.

Au cours de sa campagne terroriste de plus de 40 ans contre la Turquie, le PKK, classé comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne, a été responsable de la mort de 40 000 personnes, dont des femmes et des enfants.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus