Artemis III: la NASA débarquera la première femme sur la lune en 2024 lors du redémarrage d’Apollo 11

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La NASA dit qu’elle prévoit d’atterrir la première femme et le prochain homme à la surface de la lune en 2024.

L’agence spatiale américaine a annoncé lundi soir qu’elle lancerait une fusée SLS et un vaisseau spatial Orion lors de deux essais en vol autour de la lune pour vérifier les performances, le maintien de la vie et les capacités de communication, dans le cadre du programme Artemis.

Artemis, la déesse de la lune, de la nature sauvage et de la chasse dans la mythologie, est la sœur jumelle du dieu du soleil et de la lumière Apollo, dont la NASA a nommé son programme dans les années 1960 qui a mis 12 hommes américains sur la lune.

La première mission, Artemis I, est en bonne voie pour 2021 sans astronautes, tandis qu’Artemis II volera avec un équipage en 2023, et Artemis III posera des astronautes sur le pôle sud de la lune en 2024, a annoncé l’administration. Le coût du programme devrait atteindre près de 28 milliards de dollars entre les exercices 2021 et 2025.

La NASA veut «établir une présence humaine durable sur la lune», après sa dernière visite en 1972, mais le seul satellite naturel de la Terre sera désormais utilisé comme tremplin pour atteindre également Mars.

La lune est vue aux côtés de la planète Mars à Cali, en Colombie, le 5 septembre 2020 (AFP Photo)

«Nous retournons sur la lune pour des découvertes scientifiques, des avantages économiques et de l’inspiration pour une nouvelle génération d’explorateurs», selon l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine. «Alors que nous construisons une présence durable, nous construisons également un élan vers ces premiers pas humains sur la planète rouge.

Le président Donald Trump a déclaré le 28 août que les États-Unis poseraient la première femme sur la lune et planteraient leur drapeau sur Mars. En 2019, il a signé une loi pour une force spatiale, une branche de l’armée américaine et l’un des huit services en uniforme américains.

La NASA a également déclaré séparément qu’elle collaborerait avec le Pentagone dans les domaines des vols spatiaux habités, de la politique spatiale, du transport spatial, des normes et des meilleures pratiques pour des opérations sûres dans l’espace, de la recherche scientifique et de la défense planétaire.

« La sécurité du domaine spatial est devenue plus difficile avec les nations concurrentes capables de brouiller, d’usurper, de pirater et d’utiliser des lasers pour attaquer des satellites et des systèmes de communication », a déclaré Bridenstine.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus