La période de normalisation dans le nord de la Syrie à Tal Abyad relance la vie économique et le commerce

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La vie des affaires et le commerce reprennent à Tal Abyad, dans le nord de la Syrie, alors que des milliers de personnes rentrent chez elles après la libération de la ville de l’occupation par des groupes terroristes.

Dans le passé, les habitants de Tal Abyad devaient coopérer avec la branche syrienne du groupe terroriste PKK, les YPG, pour poursuivre leurs activités économiques. La ville a été débarrassée des terroristes du PKK / YPG lors de l’opération Printemps de la paix de la Turquie l’année dernière et depuis lors, les marchands ont commencé à vendre leurs produits à la Turquie à des prix raisonnables.

Auparavant, les habitants étaient contraints par les terroristes de vendre leurs produits dans les zones contrôlées par le PKK / YPG à des prix très bas. Les terroristes, à leur tour, vendaient des matériaux comme des engrais à des prix exorbitants aux agriculteurs.

Alors que la production et le commerce continuent de se relancer, une chambre d’industrie et de commerce est également créée dans la ville. Le président de la chambre, Abdulaziz al-Faris, a déclaré que le commerce dans la ville était contrôlé par des terroristes pendant de nombreuses années pendant l’occupation du PKK / YPG. Déclarant que les terroristes ne permettaient à personne de mener librement des activités économiques, al-Faris a ajouté: «Pendant l’occupation des YPG, il fallait être kurde pour faire du commerce. Ils n’ont pas permis aux Arabes et aux Turkmènes de faire des affaires. Les Arabes et les Turkmènes pourraient faire des affaires s’ils s’associaient aux Kurdes. En fait, il fallait être partenaire des commandants des YPG, et non des Kurdes, pour faire du commerce. Les produits ici ont été envoyés à Raqqa pour des prix bon marché. Les produits en provenance de Raqqa étaient également vendus ici à des prix élevés. »

Soulignant que les commandants du PKK / YPG étaient ceux qui contrôlaient les affaires à Tal Abyad pendant l’occupation, al-Faris a déclaré: «Avant l’opération Peace Spring, les habitants de Tal Abyad étaient sous l’oppression. C’est un centre agricole important, mais le commerce de ces produits n’a pas pu se faire avant des années. Il y avait plusieurs marchands ici pendant l’occupation des YPG. Ils étaient tous des commandants des YPG. Ils ne permettaient pas aux gens de faire des affaires. Les activités commerciales ici étaient sous l’occupation des terroristes, tout comme notre ville. »

Tal Abyad est peuplé principalement d’Arabes et a été occupé par le groupe terroriste Daech en 2014. Un an plus tard, le PKK / YPG a pris le contrôle de la ville avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis. Tal Abyad a ensuite été débarrassé des terroristes avec l’opération Peace Spring le 13 octobre 2019.

Al-Faris a déclaré que les habitants démunis de Tal Abyad ont été contraints de se conformer aux exigences des terroristes du PKK / YPG afin de survivre financièrement. «Les terroristes ont persécuté les gens ici pendant des années. Ils ont recruté de force des enfants comme soldats et les ont envoyés au front. Ils ont utilisé des enfants pour intimider les gens. Ensuite, ils ont tout vendu à des prix élevés et ont rendu les gens pauvres. Les chômeurs ont suivi leurs ordres pour gagner leur vie. »

Les habitants des zones tenues par les YPG ont longtemps souffert de ses atrocités, car l’organisation terroriste a un bilan notoire de violations des droits humains, allant des enlèvements, du recrutement d’enfants soldats, de la torture, du nettoyage ethnique et des déplacements forcés. Alors que le groupe terroriste a accru son oppression avant l’opération transfrontalière de la Turquie, il a planté des explosifs et converti de nombreuses écoles et autres bâtiments publics en bases militaires, certaines abritant même des tunnels où les terroristes peuvent se cacher et s’échapper.

Un autre point mentionné par al-Faris était le changement radical positif dans la ville suite à l’opération Peace Spring. «Les gens sortent maintenant en se sentant en sécurité. Ils savent que leurs enfants ne seront ni enlevés ni forcés de se battre … Avec l’ouverture de la porte frontière, notre vie commerciale a été relancée dans un environnement de paix et de sécurité. Nous sommes reconnaissants à la Turquie de nous avoir sauvés des terroristes et de fournir le bien-être de Tal Abyad en créant les conditions du commerce. »

Il a également déclaré qu’il y avait actuellement 157 membres enregistrés dans la chambre et que la plupart d’entre eux exportaient des produits céréaliers vers la Turquie.

Après avoir libéré la ville du PKK / YPG l’année dernière, l’armée turque a retroussé ses manches pour lancer une période de normalisation à Tal Abyad, qui borde le district d’Akçakale à Şanlıurfa, dans le sud-est de la Turquie. Depuis lors, les troupes et organisations turques ont mis en œuvre un large éventail de mesures pour éliminer les traces de terrorisme dans les villes libérées en réparant les hôpitaux et les écoles, en déminant la région et, plus récemment, en fournissant une aide vitale au COVID-19.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus