La Chine a construit 380 centres de détention au Xinjiang depuis 2017, révèle une étude

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Chine gère des centaines de centres de détention dans le nord-ouest du Xinjiang à travers un réseau beaucoup plus vaste qu’on ne le pensait auparavant, selon une étude présentée jeudi par un groupe de réflexion australien.

L’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) a déclaré avoir identifié plus de 380 « centres de détention présumés » dans la région, où la Chine aurait détenu plus d’un million de Ouïghours et d’autres résidents majoritairement musulmans parlant turc.

Le nombre d’installations est environ 40% supérieur aux estimations précédentes, selon la recherche, et a augmenté malgré les affirmations de la Chine selon lesquelles de nombreux Ouïghours ont été libérés.

En utilisant des images satellites, des témoignages oculaires, des rapports des médias et des documents officiels d’appel d’offres de construction, l’institut a déclaré qu ‘ »au moins 61 sites de détention ont vu de nouveaux travaux de construction et d’agrandissement entre juillet 2019 et juillet 2020″.

Quatorze autres installations étaient en construction en 2020 et environ 70 ont subi la suppression de clôtures ou de murs d’enceinte, ce qui indique que leur utilisation a changé ou qu’elles ont été fermées.

Pékin a de nouveau nié jeudi l’existence de sites de détention. Le gouvernement affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle utilisés pour lutter contre l’extrémisme.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a qualifié l’ASPI de « l’avant-garde des forces anti-chinoises dont la crédibilité académique est sérieusement contestable ».

Les législateurs américains ont récemment voté pour interdire les importations en provenance du Xinjiang, invoquant le recours présumé au travail forcé systématique.

Pékin a récemment publié un livre blanc défendant sa politique au Xinjiang, où il affirme que les programmes de formation, les programmes de travail et une meilleure éducation signifient que la vie s’est améliorée.

Il affirme avoir dispensé des «sessions de formation» à 1,29 million de travailleurs en moyenne chaque année entre 2014 et 2019.

Suite à la publication du rapport ASPI, le tabloïd nationaliste contrôlé par le gouvernement chinois Global Times a cité des «sources» disant que les contributeurs Clive Hamilton et Alex Joske ont été interdits d’entrer en Chine.

Wang n’a pas confirmé si les deux universitaires avaient été interdits jeudi, mais a déclaré que la question relevait « totalement de la souveraineté de la Chine ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus