Les cas quotidiens de coronavirus en Russie grimpent au plus haut niveau en 2 mois

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les nouveaux cas de COVID-19 en Russie sont passés à 6595, selon les données quotidiennes officielles jeudi, la plus forte augmentation en plus de deux mois, et les nouvelles infections à Moscou ont dépassé les 1000 pour la première fois depuis fin juin.

La Russie a quitté le lock-out début juin et de nombreux magasins, entreprises et réseau de transport à Moscou fonctionnent désormais comme d’habitude, même si les taux d’occupation des bureaux restent bien inférieurs à la normale.

Les lignes directrices sur la distanciation sociale restent en place et les gens doivent porter un masque facial dans les magasins et dans les transports publics de la capitale russe, bien que certains bafouent ces règles, qui ne sont pas rigoureusement appliquées.

Les passagers des avions en provenance de l’étranger font contrôler leur température par des scanners infrarouges spéciaux, et de nombreux bars et restaurants à Moscou effectuent également des contrôles de température.

Le centre de réponse aux crises COVID-19 a déclaré jeudi que les cas quotidiens à Moscou avaient atteint 1050, soit plus que dans toute autre ville ou région.

Cependant, les responsables de la capitale ont insisté sur le fait qu’il n’y aurait pas de nouveau verrouillage et ont minimisé la perspective d’une deuxième vague. Les nouveaux cas quotidiens à Moscou ne sont pas tombés en dessous de 531 depuis le 23 juin.

Le centre d’intervention a déclaré que 149 personnes étaient décédées dans tout le pays au cours des dernières 24 heures. Cela a porté le bilan national global à 19 948 morts. Le nombre de cas de la Russie de 1,12 million est le quatrième plus grand au monde.

Anna Popova, responsable de la surveillance de la santé des consommateurs en Russie, a déclaré dans une résolution publiée mercredi soir que les Russes revenant de l’étranger par avion devraient s’auto-isoler pendant deux semaines jusqu’à ce qu’ils puissent produire un test de coronavirus négatif.

La quarantaine obligatoire de deux semaines pour toute personne rentrant en Russie depuis l’étranger a été abolie en juillet. Les étrangers doivent fournir un test COVID-19 négatif.

En Crimée occupée par la Russie, les autorités ont déclaré plus tôt en septembre que le nombre de cas de pneumonie avait augmenté de 43% par rapport à l’année précédente, qui sont en fait des cas de coronavirus, tandis que les autorités ont affirmé que les tests de ces patients avaient montré un résultat négatif.

«Pneumonie virale, nous pensons également qu’il s’agit du COVID-19. D’une manière ou d’une autre, mais c’est aussi un coronavirus, bien que les tests ne donnent malheureusement pas de résultats positifs. Bien que tous les signes soient comme COVID-19. Nous pensons qu’il s’agit de patients atteints de coronavirus. Dans le même temps, nous avons 43% de cas de pneumonie virale en plus par rapport à l’année dernière. Nous pensons que tout cela est lié à la propagation du coronavirus », a déclaré à la chaîne de télévision pro-gouvernementale Millet, Sergey Aksenov, le chef du parti national bolchevique nommé au poste de Premier ministre de Crimée après l’annexion de la Russie.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus