Les États-Unis creusent leurs divisions avec l’Irak et menacent de fermer l’ambassade de Bagdad

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Enragé par les attaques quasi quotidiennes contre ses intérêts en Irak, Washington a menacé de fermer son ambassade à Bagdad, dans un coup porté à un premier ministre perçu comme un rempart contre l’Iran. L’ultimatum a été lancé lors de récents appels téléphoniques par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo au président Barham Salih et au premier ministre Mustafa al-Kadhimi.

Les deux responsables irakiens ont également déclaré que les États-Unis avaient commencé à prendre des mesures préliminaires pour fermer l’ambassade dans les prochains mois, que la fermeture pourrait se produire simultanément avec le retrait des troupes américaines d’Irak et que le consulat général à Erbil resterait ouvert.

Des groupes militants lancent fréquemment des attaques au mortier contre des bases militaires irakiennes abritant des troupes américaines et l’ambassade américaine dans la zone verte fortement fortifiée de Bagdad, où se trouvent également des ambassades étrangères.

L’Irak est depuis longtemps pris dans un bras de fer entre ses alliés, l’Iran et les États-Unis, rendu plus instable par la politique de «pression maximale» de Washington contre Téhéran depuis 2018.

Les États-Unis ont encore des centaines de diplomates dans leur mission dans la zone verte de haute sécurité à Bagdad et environ 3 000 soldats basés dans trois bases à travers le pays. Depuis 2019, des dizaines de roquettes et d’explosifs improvisés ont ciblé ces sites, les responsables américains et irakiens blâmant les factions soutenues par Téhéran, y compris Kataib Hezbollah.

Washington a riposté à deux reprises par des frappes contre Kataib Hezbollah en Irak et a menacé plus tôt cette année de bombarder plus de 120 autres sites si les attaques à la roquette coûtaient la vie aux Américains, a déclaré à l’AFP un haut responsable irakien.

La frustration ne s’est pas atténuée même après que Mustafa al-Kadhemi, considéré comme occidental, ait pris ses fonctions de Premier ministre en mai. Avant la visite de Kadhemi à Washington en août, les États-Unis ont signalé qu’ils étaient « insatisfaits de ses actions » contre les groupes armés pro-iraniens, a déclaré un responsable irakien.

La frappe de drone américaine en janvier qui a tué le général iranien Qassem Soleimani et Abu Mahdi al-Muhandis, le chef adjoint des Hashed al-Shaabi (Forces de mobilisation populaire), parrainées par l’État irakien, est fraîche dans l’esprit des responsables irakiens et des groupes armés. Depuis lors, de nombreux dirigeants paramilitaires pro-iraniens sont entrés dans la clandestinité de peur de subir des frappes ou des sanctions américaines.

Les nouvelles menaces américaines semblent avoir approfondi le fossé grandissant entre les factions fidèles à l’Iran et celles qui sont moins disposées à entrer dans une confrontation totale avec les États-Unis. d’appeler à « la création d’une commission de sécurité, militaire et parlementaire pour enquêter » sur les attaques à la roquette. En quelques minutes, Kadhemi et d’autres personnalités du gouvernement ont approuvé la recommandation.

« Il y a un consensus sur la condamnation de ces attaques. Kataib Hezbollah et d’autres extrémistes sont isolés et laissés sans couverture politique », a déclaré un responsable irakien.

Même les Hashed al-Shaabi ont qualifié les attaques à la roquette d ‘ »actes militaires illégaux », ont nié toute implication et ont formellement écarté deux commandants considérés comme trop penchés sur Téhéran. Mais les extrémistes aussi s’organisent. Une demi-douzaine de groupes inconnus auparavant ont revendiqué la responsabilité d’attaques à la roquette contre les États-Unis et ont même menacé les Nations Unies ces derniers mois. Des responsables du renseignement irakiens et des sources politiques affirment que l’Iran a rassemblé la ligne la plus dure parmi ses alliés irakiens dans ces nouvelles formations.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus