in ,

Le vaccin contre le COVID-19 pourrait être prêt d’ici la fin de l’année selon l’OMS

Le directeur général de l’OMS a déclaré que l’investissement dans les vaccins et l’engagement politique sont également nécessaires pour lutter contre le COVID-19.

Un vaccin contre le COVID-19 pourrait être prêt d’ici la fin de 2020, a déclaré mardi le Directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tout en préconisant des investissements dans la lutte contre la pandémie.

«Nous aurons besoin de vaccins et il y a de l’espoir que d’ici la fin de cette année, nous pourrons avoir un vaccin», a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Ghebreyesus.

Il s’exprimait à l’issue d’une réunion de deux jours des 34 membres du conseil d’administration de l’organisation.

«Ainsi, investir dans les vaccins tout en mettant en œuvre les outils dont nous disposons sera important, et ils nous donneront de meilleurs résultats

Actuellement, le centre mondial de vaccination Covax, dirigé par l’OMS, dispose de neuf vaccins expérimentaux couvrant 168 pays, car il cherche à distribuer deux milliards de doses à ceux qui en ont le plus besoin d’ici la fin de 2021.

«Le plus important maintenant est d’investir ou d’utiliser tous les outils disponibles. Et de nombreux pays ont montré qu’avec les outils dont nous disposons, ils étaient capables de contrôler la pandémie », a déclaré Tedros, soulignant que c’est la raison pour laquelle l’OMS a lancé ACT Accelerator.

COVAX est le pilier des vaccins de l’accélérateur d’accès aux outils COVID-19 (ACT), codirigé par Gavi, l’alliance vaccinale, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) et l’OMS.

«L’outil le plus important est l’engagement politique de nos dirigeants, en particulier dans la distribution équitable des vaccins», a déclaré Tedros.

Plus tôt mardi, le panel indépendant sur COVID-19 annoncé par Tedros après la pression de pays tels que les États-Unis a soumis sa première mise à jour.

Après avoir coprésidé le discours, le secrétaire adjoint américain à la Santé, Brett Giroir, a déclaré par vidéo: «Les États-Unis apprécient la volonté des coprésidents, l’ancienne Premier ministre de la Nouvelle-Zélande Helen Clark et l’ancienne présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf, de diriger le Panneau. »

Les coprésidents ont déclaré dans un document que le groupe indépendant examinera l’expérience acquise et les leçons tirées de la réponse sanitaire internationale coordonnée de l’OMS sur le COVID-19.

Il s’agit notamment de l’efficacité des mécanismes et du fonctionnement du Règlement sanitaire international.

Le 29 mai, le président américain Donald Trump a annoncé que les États-Unis mettaient fin à leurs relations avec l’OMS après un examen de plusieurs mois qu’il avait ordonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Olivier Giroud, les Bleus dans le « cent »

Conception russe pour une fusée réutilisable semble familière