On dirait que le Japon va de l’avant avec son projet de déverser de l’eau radioactive de Fukushima dans l’océan

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un employé de TEPCO travaille à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi en 2016.

Un employé de TEPCO travaille à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi en 2016.
Photo: Christopher Furlong (Getty Images)

L’écriture est sur le mur depuis un certain temps maintenant, mais il semble enfin que le Japon est prêt à procéder avec dumping plus d’un million de tonnes d’eau contaminée de la centrale nucléaire détruite de Fukushima dans la mer. L’eau sera traitée pour en éliminer une partie –mais pas tout-des contaminants. Naturellement, l’industrie de la pêche locale s’oppose vivement au plan.

Fukushima est la catastrophe nucléaire qui ne cesse de donner. Dans ce cas, c’est 170 tonnes de déchets radioactifsarrosez chaque jour.

La centrale nucléaire en colère, ravagée par un tsunami en 2011, nécessite des doses régulières d’eau de refroidissement pour empêcher ses noyaux endommagés de fondre, et cette eau commence sérieusement à s’accumuler. À ce jour, le maître d’ouvrage de l’usine, Tokyo Electric Power Company (TEPCO), a dû stocker 1,23 million de tonnes de matières toxiques dans 1044 gigantesques réservoirs d’eau, rapports til Japan Times. Ce sont des chiffres vraiment stupéfiants, et TEPCO prévoit qu’il manquera de place pour de nouveaux chars d’ici 2022.

Selon le Japan Times, tLe gouvernement japonais est prêt à appuyer sur la gâchette sur un plan pour vider les déchets contaminésl’eau dans l’océan Pacifique, dans un processus fastidieux qui devrait durer des décennies.

Pour être clair, TEPCO ne va pas lancer sans cérémonie dans l’océan. L’entreprise utilisera un système avancé de traitement des liquides (ALPS) pour éliminer la plupart des contaminants de l’eau. Eh bien, mis à part l’isotope de l’hydrogène tritium, qui ne peut pas être éliminé par ALPS mais est considéré comme un radionucléide à faible risque en termes de potentiel à déclencher des maladies comme la leucémie et le cancer.

Le débat sur ce qu’il faut faire de toute cette eau contaminée fait rage depuis sept ans. En septembre 2019, le ministre japonais de l’Environnement Yoshiaki Harada a préparé le public à cette éventualité, affirmant que c’était le sien.avis simple”Que c’était la bonne voie. Début 2020, un groupe d’experts mandaté par le gouvernement pour se pencher sur la question a donné sa bénédiction, affirmant que le plan de déversement présenté « options réalistes. » Cela dit, une étude de la Woods Hole Oceanographic Institution, publiée en août, averti de la possibilité que d’autres contaminants potentiellement dangereux dans les déchetsl’eau, à savoir le carbone 14, le cobalt 60 et le strontium 90, pourrait encore être rejetée dans l’océan Pacifique.

TEPCO soutient que les niveaux de radionucléides – mis à part le tritium – se situeront dans normes internationales mais seulement après un travail de traitement secondaire, rapporte le Japan Times. Dans le même temps, Rafael Grossi, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a déclaré publiquement que le plan TEPCO répondait aux normes mondiales.

«Quelle que soit la voie à suivre, elle doit être basée sur un processus scientifique, un processus basé sur une méthodologie scientifiquement éprouvée et éprouvée,» m’a dit Grossi de retour en février. «Il est évident que toute méthodologie peut être critiquée. Ce que nous disons d’un point de vue technique, c’est que ce processus est conforme à la pratique internationale.

Le gouvernement pourrait prendre une décision finale sur la question avant la fin du mois. Si elle est approuvée, il faudrait quelques années à TEPCO pour construire l’infrastructure requise et recevoir deux remerciements enthousiastes de la part de l’Autorité de régulation nucléaire, selon à Kyodo News. Au plus tôt, le dumping ne commencera qu’en 2022.

La communauté de pêcheurs de la région est loin d’être ravie. Ils craignent que le déversement d’eau contaminée n’effraie les consommateurs et que les gens, tant au pays qu’à l’étranger, ne voudront pas rien à voir avec les fruits de mer provenant de la région (en effet, la Corée du Sud a déjà banni Fruits de mer de Fukushima). Les pêcheurs affirment également que cette décision annulera des années de travail pour reconstruire l’industrie en difficulté, comme Kyodo News rapports. Hiroshi Kishi, président de JF Zengyoren – une coopérative de pêche – a exprimé son opposition au plan TEPCO.

«Nous sommes morts contre un rejet d’eau contaminée dans l’océan, car cela pourrait avoir un impact catastrophique sur l’avenir de l’industrie de la pêche au Japon». m’a dit Kishi lors d’une récente réunion avec des représentants du gouvernement.

En réponse, le gouvernement a déclaré qu’il mettrait en place un groupe spécial pour traiter et atténuer les préoccupations. De toute évidence, tout le monde ne sera pas satisfait de la décision prise par le gouvernement. Mais bon, on les appelle nucléaires désastres pour une raison.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus