Une étude révèle que le risque de COVID-19 sur les avions est très faible – si tout le monde porte un masque

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le risque d’exposition au coronavirus sur les vols est très faible, a révélé une étude du ministère américain de la Défense publiée jeudi, un signe positif pour l’industrie aérienne alors qu’elle tente de rebondir après l’effet écrasant de la pandémie sur les voyages.

Lorsqu’un passager assis porte un masque, une moyenne de 0,003% des particules d’air dans la zone de respiration autour de la tête d’une personne sont infectieuses, même lorsque chaque siège est occupé, a-t-il constaté. Les tests n’ont supposé qu’une seule personne infectée dans l’avion et n’ont pas simulé les effets du mouvement des passagers autour de la cabine.

L’étude, menée à bord des Boeing 777 et 767 de United Airlines, a montré que les masques permettaient de minimiser l’exposition à l’infection lorsque quelqu’un toussait, même dans les sièges voisins.

Environ 99,99% des particules ont été filtrées hors de la cabine dans les six minutes en raison de la circulation rapide de l’air, de la ventilation vers le bas et des systèmes de filtration de l’avion. Il a estimé que pour recevoir une dose infectieuse, un passager aurait besoin de voler 54 heures dans un avion avec une personne contagieuse.

United, qui a également fourni des pilotes pour le test, a pris soin de présenter les résultats en sa faveur.

« Ces résultats … signifient que vos chances d’exposition au COVID sur un avion United sont presque inexistantes, même si votre vol est complet », a déclaré Toby Enqvist, directeur de la clientèle chez United Airlines. L’étude a été menée et financée par Transportation Command, qui gère des vols Patriot Express qui utilisent des avions commerciaux comme United pour les membres de l’armée et leurs familles.

La recherche sur six mois a impliqué 300 tests pendant 38 heures de vol et 45 heures d’essais au sol. Cela a été fait en libérant des particules de la même taille que le coronavirus dans toute la cabine par section, chacun d’entre eux ayant 42 capteurs représentant d’autres passagers qui pourraient potentiellement entrer en contact avec les particules.

Chaque test a libéré 180 millions de particules – le nombre de particules qui seraient produites par des milliers de toux.

Les participants à l’étude comprenaient la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) et Boeing Co., entre autres.

La semaine dernière, les avionneurs Boeing, Airbus SE et Embraer SA ont publié une publication conjointe montrant que les filtres à air de la cabine limitent la propagation des virus sur leurs avions. Leurs conclusions étaient basées sur des recherches informatiques sur la dynamique des fluides qui simulaient le mouvement des particules dans la cabine.

L’Association du transport aérien international (IATA) a déclaré qu’elle n’avait identifié que 44 cas de COVID-19 liés au vol depuis le début de 2020 contre environ 1,2 milliard de passagers qui ont voyagé pendant cette période.

Alors que « rien n’est totalement sans risque », les cas publiés de transmission potentielle de COVID-19 en vol montrent que « le risque de contracter le virus à bord semble être dans la même catégorie que d’être frappé par la foudre », a déclaré le directeur général de l’IATA, Alexandre de Dit Juniac.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus