les joueurs ont montré une force mentale hors-norme », souligne Travers (Racing)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Malgré la « grosse déception » causée par la défaite en finale de la Coupe d’Europe face à Exeter (31-27), l’entraîneur du Racing 92, Laurent Travers, veut retenir « la force mentale hors-norme » de ses joueurs, qui n’ont jamais abdiqué.

Q: Quel est votre sentiment après cette finale ?

R: « Mon sentiment c’est bien sûr une grosse déception pour l’ensemble des joueurs et du staff, pour les partenaires et surtout pour notre président qui avait fait tout ce qu’il fallait pour nous mettre dans les meilleures dispositions. Et une grosse déception bien sûr par rapport à la physionomie du match. On part avec un handicap de 14 points, on est mené de 9 points à la mi-temps. Les joueurs ont montré une force mentale hors-norme. On arrive à gagner la deuxième période, on a la possibilité de gagner le match puisqu’on finit à un point (avant la dernière pénalité de Simmonds, ndlr), sur leur ligne et même dans l’en-but. Donc je suis déçu de tout ça parce que ça aurait été quelque chose de magique et de beau. Mais c’est comme quand on tombe de cheval, il va falloir vite remonter en selle parce qu’on est pas en fin de saison. Dès la semaine prochaine il va falloir reprendre le Top 14, reprendre la (Coupe d’Europe) très rapidement ».

Q: Exeter a joué sur ses points forts que vous connaissiez pourtant

R: « On savait très bien que dès qu’ils arrivent dans les 22 – on l’a travaillé toute la semaine – c’est une équipe très difficile. Ils ne sont pas en finale du Championnat d’Angleterre et ce ne sera pas leur 6e finale en 5 ans par hasard. C’est une équipe qui est actuellement bien en place. Je pense qu’on a été l’équipe qui l’a mise le plus en danger de toute la saison, qui a failli leur coûter le titre. Mais j’ai bien dit failli, parce qu’on n’y est pas arrivé. On a été approximatifs sur le début du match, cette approximation fait qu’on leur donne l’opportunité de scorer alors qu’on est dans une possibilité, nous, de les mettre en difficulté, et on s’expose. Mais ce qui est important, c’est que l’équipe n’a jamais rompu. Et on est vraiment fier de cette équipe parce que malgré les difficultés et tout ce qui a pu se passer, ils ont montré des valeurs de partage, de solidarité, d’entraide, mais aussi des valeurs rugbystiques, parce que pouvoir marquer quatre essais à cette équipe, je pense que c’est pas simple. La seule chose, c’est qu’il n’y a qu’un vainqueur et qu’on ne gardera en tête que ce vainqueur et ce soir, c’est Exeter et c’est pas le Racing ».

Q: Est-ce que le regret n’est pas accru par le fait que la délaite est liée à des erreurs individuelles ?

R: « Les défaites sont toujours liées à des problèmes, à des choses qui peuvent être manquées. C’est facile de faire l’analyse après mais ce qui est sûr c’est qu’il y a des choix qui ont été faits et quand on fait des choix, c’est la solidarité qui prime. Il peut arriver qu’on manque une passe, qu’on manque un jeu au pied. Ce qui est important, c’est l’action d’après. Les joueurs l’ont accompli jusqu’au bout, et on a montré qu’on pouvait être champion ce soir. Si on avait gagné, il n’y avait rien à dire. Il y a eu un vainqueur, c’est pas le bon, on aurait préféré que ce soit dans notre camp (mais) il est hors de question de dire +c’est (la faute à) untel ou untel+. Quand l’équipe gagne, c’est l’équipe, quand l’équipe perd, c’est l’équipe. Ce qui a fait notre force c’est notre équipe et ce qui fera notre force, ce sera notre équipe ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus