Histoires d’amour, de sexe et de harcèlement en ligne en Inde

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Il y a quelques années, lorsque l’artiste indienne Indu Harikumar est tombée amoureuse, elle a pensé que c’était l’amour parfait.

Mais en quelques mois, la relation du couple a commencé à s’effilocher – il y a eu de fréquentes disputes, principalement à propos de ce qu’elle publiait sur Internet.

« Je n’avais aucune idée de ce qui allait le mettre en colère. Chaque fois que je partageais une photo ou un selfie sur les réseaux sociaux, il s’énervait en voyant qui aimait ma photo, qui la commentait », déclare Mme Harikumar à la BBC.

Comme elle ne voulait pas le mettre en colère, elle a réduit la liste de ses amis, a retiré ses ex et a restreint l’accès à ses amis hommes.

« Même quand il n’était pas présent, je pensais à sa place – avant de poster un message, j’essayais d’anticiper sa réaction! Bientôt, j’ai mis les mêmes restrictions à ma vraie vie hors ligne aussi. Je marchais sur des oeufs ».

Mais cela n’a pas aidé – il a quand même trouvé des raisons de se mettre en colère.

Un jour, il s’est énervé à cause d’un tweet que quelqu’un avait envoyé en disant : « Je ferais n’importe quoi pour être en couple avec une personne qui a un piercing au nez ». Un ami qui avait un nombre important d’abonnés m’a taggué en disant : « Alors, tu devrais regarder Indu ».

Je n’avais pas vu le tweet, mais mon partenaire m’a envoyé un message disant « vous avez des proxénètes haut placés » », dit-elle, ajoutant que ce n’était pas le seul harcèlement auquel elle avait été confrontée en ligne.

Le dernier projet artistique d’Instagram de Mme Harikumar, LoveSexandTech (Amour, sexe et tech), s’inspire de son expérience personnelle et de celle d’autres femmes victimes de « harcèlement en ligne ». Il est soutenu par Take Back the Tech, une campagne mondiale visant à rendre l’espace numérique plus sûr pour les femmes.

Le harcèlement en ligne est omniprésent dans le monde entier et une grande partie a pour cible les femmes. Elles sont traquées pour leurs opinions ou leurs opinions politiques, beaucoup se plaignent souvent de recevoir des menaces de viol et d’agression sexuelle.

En 2017, Amnesty International a interrogé 4 000 femmes de huit pays et a constaté que 76 % des femmes victimes de harcèlement sur les réseaux sociaux en limitaient l’utilisation – 32 % ont déclaré avoir cessé d’exprimer leurs opinions sur certaines questions. En Inde également, le rapport indique que l’accès croissant à l’internet a eu pour conséquence que davantage de femmes sont confrontées à du harcèlement en ligne pour avoir partagé leurs opinions sur les réseaux sociaux.

Les militants affirment que le harcèlement en ligne a le pouvoir de « rabaisser, d’humilier, d’intimider et finalement de réduire les femmes au silence ».

Mais les trolls sans nom et sans visage sont une chose, un problème bien plus important est de savoir comment faire face aux abus de leurs proches.

C’est ce que documente LoveSexandTech – comment la violence sexiste dans les relations intimes conduit à un rétrécissement de l’espace que les femmes occupent en ligne.

Mme Harikumar explique que lorsqu’elle a publié un message en août dernier demandant aux femmes de partager leurs histoires sur « les restrictions, la surveillance et le contrôle exercés par les partenaires », elle ne pensait pas obtenir beaucoup de réponses.

Elle a d’abord appelé son projet « Amour, sexe et violence », mais ensuite « j’ai réalisé qu’en Inde, on ne le considère même pas comme de la violence, surtout celles qui sont émotionnelles ».

Elle l’a donc expliqué plus en détail, en précisant que « cela peut aller de la menace de rendre public un chat que vous avez partagé avec eux ou avec des amis, à la menace de divulguer vos photos de nus ou à la fuite de celles-ci, en passant par le préjudice émotionnel, physique ou sexuel que vous pourriez subir en parlant à quelqu’un en ligne ou en publiant quelque chose qu’il n’approuve pas, ou en ajoutant des logiciels espions à vos appareils ».

En quelques jours, dit Mme Harikumar, de nombreuses femmes ont répondu en racontant qu’elles avaient été confrontées au « gaslighting, au contrôle, à la honte, à la violence émotionnelle et à la manipulation ».

« Je ne pensais pas collecter autant d’histoires », dit-elle, ajoutant que de nombreuses femmes ont dit avoir longtemps réprimé leur traumatisme et trouvé que le fait de partager leurs histoires était « libérateur ». En même temps, elles voulaient que leurs histoires servent d’avertissement aux autres qui se trouvaient dans une situation similaire.

Une femme, qui a écrit en disant qu’elle était « très consciente de son corps », a parlé du choc qu’elle a ressenti en apprenant que son amant avait partagé sa photo de nu en ligne sans son consentement.

Trois semaines après l’avoir partagée, il me l’a montrée en me disant : « J’espère que tu la prendras dans le bon esprit ». Il était heureux que tant d’hommes aient dit qu’ils me désiraient sexuellement.

Il m’a dit : « Ces hommes ne peuvent que te désirer, mais moi seul peux t’avoir ». Je l’ai traité de pervers. Il a dit qu’il l’avait fait parce qu’il voulait que je me sente bien dans mon corps. Mais je me sentais tellement violée. »

Une autre a écrit qu’elle avait cessé de poster des selfies parce qu’à chaque fois qu’elle en postait un, son petit ami la réprimandait en lui disant que c’était sa façon de se faire valider.

Une autre encore a déclaré que son partenaire l’avait harcelée jusqu’à ce qu’elle lui communique le mot de passe de son e-mail en lui disant « tu caches quelque chose ou tu parles à d’autres hommes ».

Et une autre femme a dit que son partenaire avait utilisé son pouce pour déverrouiller son téléphone pendant qu’elle dormait et qu’il lui avait ensuite fait honte en lui montrant une vidéo qu’elle avait regardée en ligne.

Presque toutes les femmes, dit Mme Harikumar, ont raconté des expériences similaires à la sienne – que pour essayer que leur relation s’améliore, elles avaient cessé de parler à leurs ex, les avaient supprimés de leur liste d’amis et avaient cessé de poster des selfies. Elles avaient également supprimé les photos montrant des décolletés, ou des endroits où elles fumaient ou buvaient.

« Elles supprimaient leur histoire pour tenter de paraître de bonnes personnes. La plupart des femmes se réfugient dans le « récit de la bonne fille ». C’est universel – cela les protège. On nous dit que les femmes ne peuvent être que de deux sortes : la vierge Marie ou une salope.

« Donc, nous pensons que si nous sommes bonnes, les choses vont bien se passer. Nous nous en voulons souvent quand les choses tournent mal ».

Mais ce qui est encourageant, dit-elle, c’est que les femmes qui « ont envoyé leurs histoires ont dit qu’elles avaient réalisé qu’elles étaient maltraitées et qu’elles avaient tenu tête à leurs agresseurs ».

Une femme a raconté comment elle a tenu tête à son ex-petit ami lorsqu’il a menacé d’envoyer des photos d’elle à son père. « Je vais lui dire que ta fille est une salope », a-t-il dit.

Une autre a déclaré que son ex-copain l’avait menacée de partager ses photos nues en ligne lorsqu’elle avait rompu avec lui. Il a fait marche arrière quand elle a menacé d’appeler la police.

« Le pire, c’est que si vous ne tenez pas tête à votre agresseur, alors plus que de ressentir de la haine pour lui, vous ressentez de la colère envers vous-même. Vous vous reprochez de ne pas vous être défendue », dit Mme Harikumar.

Par le biais de LoveSexandTech, dit-elle, elle tente de documenter les histoires de femmes qui reconnaissent la violence, qui tiennent tête à leur agresseur et qui reprennent le contrôle pour récupérer l’espace virtuel qui leur revient de droit.

Pris sur bbc Afrique

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus