Cameroun: des séparatistes attaquent une école à Kumba (Sud-Ouest) et tuent plusieurs élèves

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des hommes armés non identifiés ont fait irruption à l’International Bilingual Academy School of Kumba dans la région du Sud-Ouest du Cameroun et ont ouvert le feu sur des élèves qui étaient dans une salle de classe, on rapporté le médias loacux samedi.

Les premiers témoignages, 10 autres enfants ont été blessés.

Selon certaines sources locales présentes sur place, les hommes armés sont entrés dans la salle de classe pendant que les élèves étudiaient et ont ouvert le feu sur eux.

Selon certaines sources locales présentes sur place, les hommes armés sont entrés dans la salle de classe pendant que les élèves étudiaient et ont ouvert le feu sur eux.

« Au moins cinq enfants de l’Académie internationale bilingue Mère Francisca, une école avec des enfants du primaire et du secondaire à Kumba, une ville agitée du sud-ouest du Cameroun, ont été abattus sur place lors de l’ouverture d’hommes armés inconnus, samedi 24 octobre 2020. le feu sur plus d’une douzaine. Un nombre non spécifié a été répertorié comme ayant subi des blessures », a rapporté le National Telegraph, propriété de l’activiste d’Ambazonia Eric Tataw, peu de temps après l’incident.

Alors que les autorités ont du mal à réconforter la population et à la rassurer sur sa sécurité, les parents se sont précipités dans différentes écoles de la ville pour retirer leurs enfants de l’école.

Il s’agit d’une nouvelle attaque séparatiste contre les écoles des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun depuis 2016, lorsque des avocats de droit commun et des enseignants anglophones se sont mis en grève contre la marginalisation perçue des Camerounais anglophones.

Il s’agit d’une des nombreuses autres attaques séparatistes contre les écoles des régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun depuis 2016, lorsque des avocats de droit commun et des enseignants anglophones se sont mis en grève contre la marginalisation perçue des Camerounais anglophones.

Le mois dernier, Eric Tataw Tano, un activiste pro-séparatiste camerounais basé aux États-Unis qui se bat pour l’indépendance d’un pays appelé Ambazonie, a déclaré que l’éducation des enfants ne pouvait plus être utilisée pour gagner du capital politique.

Selon l’ONU, plus de 80% des écoles des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont fermées; alors que la situation sécuritaire et les conditions de vie continuent de se détériorer en raison du conflit de trois ans entre le gouvernement et les groupes armés.

Les fermetures d’écoles sont le résultat d’une interdiction d’éducation imposée par des milices, qui a touché plus de 600 000 enfants, vu au moins 74 écoles détruites et exposé les élèves, les enseignants et le personnel scolaire à la violence, aux enlèvements et à l’intimidation.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus