Manifestation des Arméniens de France pour demander la « reconnaissance » de l’indépendance du Nagorny Karabakh

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des milliers d’Arméniens de France – entre 15 et 20.000 selon les organisateurs, 4.200 selon la police – ont réclamé dimanche à Paris la « reconnaissance » par la France et la communauté internationale de l’indépendance du Nagorny Karabakh, théâtre de combats entre forces arméniennes et azerbaïdjanaises.

« Stop agression turque-azérie », « Stop indifférence », drapeaux français et arméniens côte à côte, la foule s’est massée place du Trocadéro pour demander que la France abandonne « sa neutralité » vis-à-vis du conflit.

« Nous sommes les descendants du génocide arménien de 1915, des Arméniens sont de nouveau en butte à une tentative d’extermination », a dénoncé, depuis une tribune, Ara Toranian, co-président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF).

Il a accusé « une coalition pan-turque » d’avoir déclenché le conflit fin septembre pour que l’Azerbaïdjan s’empare de l’enclave du Nagorny Karabakh, région à majorité arménienne qui a proclamé son indépendance à la chute de l’URSS, lors d’une guerre ayant fait 30.000 morts.

Aujourd’hui, a dit M. Toranian, « ce n’est pas une guerre quand on a d’un côté la Turquie avec 80 millions d’habitants, les Azéris avec 8 millions, et de l’autre seulement 4 millions d’Arméniens et un petit pan de terre arménienne peuplé de 140.000 habitants ». « C’est une tentative de meurtre de masse avec des moyens militaires », a-t-il dit, en dénonçant l’implication de la Turquie.

L’Arménie accuse Ankara d’apporter « un soutien technique militaire » et d’avoir envoyé des « terroristes » aider l’Azerbaïdjan à « recouvrer ses terres occupées », selon les termes employés par M. Erdogan.

S’adressant au ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, Jean-Michel Ekherian, un médecin de retour du Karabakh a assuré que les forces azerbaidjanaises employaient des « armes non conventionnelles ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus