Villeurbanne « prêt à jouer » à huis clos « juste sur ce mois » (Tony Parker)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président de l’Asvel Lyon-Villeurbanne, Tony Parker, se dit « prêt à jouer » des matches à huis clos en championnat de France à domicile mais « juste sur ce mois » de confinement, en marge de la défaite de son équipe jeudi face à Kaunas en Euroligue.

Q : Tony Parker, quel sentiment vous inspire ce match de Villeurbanne qui a cédé sur la fin ?

R: « Physiquement nous étions justes. Les gars n’ont pas joué depuis trois semaines. Quasiment toute notre équipe a été touchée par le Covid et en deuxième mi-temps cela s’est clairement ressenti qu’ils n’avaient pas de jus. Ils ont eu du mal à suivre contre un adversaire qui n’a pas eu d’arrêt. Il faut retenir la première mi-temps au cours de laquelle nous avons très bien joué avec de belles phases de jeu collectives. Je les félicite. Les joueurs se sont battus jusqu’à la fin mais le plus important pour nous est de retrouver le rythme et le physique, d’enchaîner quelques matches, ce que nous n’avons pas pu faire depuis le début de saison. Car dans le basket, c’est très dur de trouver un rythme comme ça surtout contre un adversaire qui joue depuis le début, sans arrêt ».

Q: Etes-vous confiant pour la suite néanmoins ?

R : « Oui bien sûr. En première mi-temps, il y a eu de très belles phases de jeu tant que les joueurs n’étaient pas trop entamés physiquement. Il y a eu du beau jeu et il faut se concentrer sur cela. Défensivement, nous avons pas mal de progrès à faire mais ça viendra avec le physique. Pour défendre fort, il faut être en forme physiquement. Malheureusement, pour l’instant, nous ne sommes pas prêts ».

Q: C’est donc une bonne chose de ne pas avoir de match durant une semaine ?

R : « Cela aurait été même dangereux d’enchaîner un match dans la foulée, quand on ne joue pas durant trois semaines. Nous avons des joueurs qui n’ont pas eu d’entraînement pendant trois semaines. Nous n’avons pas eu de préparation. Certains n’ont eu qu’un entraînement. C’est bien d’avoir une pause d’une semaine avant de reprendre. Après, nous enchaînerons pas mal de matches. Nous allons continuer en Euroligue et, en championnat de France, nous allons nous arranger avec les équipes qui voudront jouer, afin de caser quelques matches durant le mois de confinement. Nous verrons bien. L’idée est de retrouver une forme physique et d’enchaîner ».

Q: Cela veut-il dire que vous êtes prêts à jouer à huis clos en championnat de France ?

R: « Oui, juste pour ce mois de confinement, nous serions prêts à jouer. Après cela dépend des équipes ».

Q: Le président de la LNB avait pourtant déclaré ne pas vouloir de huis clos…

R: « Je suis d’accord globalement avec lui mais juste sur ce mois, nous serions prêts à le faire, et en Euroligue et en championnat. Si ça dure plus longtemps, ce sera un peu difficile mais pour l’heure, je ne préfère pas spéculer. Nous voudrions le faire car après ce sera dur de caser les matches. A un moment donné, si on reporte trop de matches, il deviendra trop difficile de terminer le championnat. Et je pense que pour l’intérêt du basket aussi bien en Euroligue qu’en championnat, il serait bien de terminer le championnat cette saison. C’est aussi parce que nous sommes le seul club (français) en Euroligue. Et il y a beaucoup de matches. Je pense pour l’intérêt général du basket, comme chacun. Cette situation touche tout le monde. Nous aussi nous sommes fragilisés. Dans le modèle économique du basket, c’est très difficile de jouer sans public ».

Propos recueillis en conférence de presse.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus