Les États-Unis visent à éliminer la présence du PKK en Syrie, a déclaré l’envoyé spécial Jeffrey

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les États-Unis visent à réduire et à éliminer finalement la présence du groupe terroriste PKK en Syrie, a déclaré l’envoyé spécial américain pour la Syrie James Jeffrey, selon un rapport de Syria Direct mardi.

S’adressant à l’organisation de presse indépendante couvrant les informations relatives à la Syrie, Jeffrey a réitéré que Washington considérait le PKK comme une organisation terroriste et a ajouté: «Nous voulons voir les cadres du PKK quitter la Syrie. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles il y a des tensions avec la Turquie dans le nord-est. Nous voulons réduire cette tension car, dans toutes les autres régions autres que le nord-est, nous avons une coordination très étroite avec la Turquie sur la situation syrienne. Et même dans le nord-est, comme je l’ai dit, nous avons un accord avec la Turquie en termes de (mouvement) militaire.

«Mais la Turquie a de réelles inquiétudes concernant la composition des FDS (Forces démocratiques syriennes) et la présence du PKK. La solution est donc de travailler pour réduire et finalement éliminer cette présence », a-t-il également dit, utilisant un autre acronyme pour désigner les groupes dirigés par le PKK en Syrie.

Bien qu’ils reconnaissent le PKK comme un groupe terroriste et soient conscients des préoccupations légitimes de sécurité de son allié de l’OTAN, la Turquie, les États-Unis ont soutenu la branche syrienne du PKK, les YPG, et se sont même associés à eux dans la lutte contre Daech. D’un autre côté, la Turquie s’est fermement opposée à la présence du groupe terroriste dans le nord de la Syrie, qui a été un point de friction majeur dans les relations tendues entre la Turquie et les États-Unis. Tout en soulignant qu’on ne peut pas soutenir un groupe terroriste pour en combattre un autre, la Turquie a mené ses propres opérations antiterroristes, au cours desquelles elle a réussi à expulser un nombre important de terroristes de la région.

Commentant également la politique américaine sur la Syrie, Jeffrey a déclaré que les résultats des élections n’affecteraient pas la présence des troupes américaines en Syrie.

Il a déclaré qu’il ne s’attendait à «aucun changement» dans la présence des troupes en Syrie, ni dans la politique de sanctions ou la position des États-Unis à l’égard de la présence de l’Iran en Syrie, que le président sortant Donald Trump ou le candidat démocrate Joe Biden remportent les élections américaines.

De même, malgré le résultat des élections, la politique actuelle des États-Unis en Syrie «se poursuivra» avec un soutien bipartite, a-t-il ajouté.

Concernant le processus de recherche d’une solution politique dans ce pays ravagé par la guerre, Jeffrey a réaffirmé la position de Washington selon laquelle une solution politique à la crise syrienne «qui reflète la volonté de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies est absolument nécessaire», et a exprimé sa frustration face à la Russie. pas poussé Bachar Assad à se réengager dans le processus politique jusqu’à présent.

Dans un effort pour pousser Assad à la table des négociations, les États-Unis ont sanctionné un certain nombre d’individus liés au régime. Jeffrey a également affirmé que la simple menace de sanctions secondaires avait empêché les investissements étrangers et la coopération commerciale internationale avec le régime d’Assad, bien qu’aucune n’ait été appliquée en vertu de la loi César.

Les sanctions du Département du Trésor et du Département d’État sont le résultat d’une législation connue sous le nom de César Syria Civilian Protection Act, du nom du pseudonyme d’un policier syrien qui a remis des photographies de milliers de personnes torturées par le régime d’Assad.

Les États-Unis ont commencé à appliquer la loi César en juin avec une série de sanctions économiques et de voyage pour violations des droits de l’homme et bloquant un règlement du conflit sanglant de neuf ans dans le pays.

Des sanctions ont été imposées plus tôt cette année à Assad, à son épouse et à leur fils aîné, Hafez, ainsi qu’aux membres de la famille élargie Assad, aux hauts dirigeants militaires et aux chefs d’entreprise. Beaucoup de ceux figurant sur la liste étaient déjà soumis à des sanctions américaines, mais les sanctions visent également les non-Syriens qui font affaire avec eux.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus