L’ONU exprime sa préoccupation face à l’escalade de la violence à Idlib en Syrie après l’attaque du régime

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Mercredi, les Nations Unies ont exprimé leur profonde préoccupation face à l’escalade de la violence dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, à la suite d’une attaque du régime de Bashar Assad qui a tué sept, dont quatre enfants.

«Je condamne ces meurtres dans les termes les plus fermes et transmets mes plus sincères condoléances aux familles de tous ceux qui ont été tués ou blessés», a déclaré Mark Cutts, coordinateur humanitaire régional adjoint pour la crise syrienne.

Cutts, dans une déclaration écrite, a souligné que plusieurs communautés du district d’Ariha avaient été touchées par les bombardements, notamment la ville d’Ariha, Shinan, Nahliya, Ehsem, Marayan, Deir Sunbul, Balshun et Balyun.

Il a déclaré que la violence «aggrave une situation déjà désastreuse sur le terrain» dans le dernier bastion de l’opposition Idlib, où des millions de civils ont toujours besoin d’une assistance vitale. En conséquence, le COVID-19 continue de se propager dans les camps surpeuplés, tandis que les pluies saisonnières ont recommencé et que les températures hivernales rigoureuses vont bientôt s’installer.

«Je continue d’appeler les parties au conflit à arrêter les combats», a exhorté Cutts, ajoutant que toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils et les infrastructures civiles conformément au droit international humanitaire devraient être prises.

Mercredi, les bombardements du régime ont tué sept civils et en ont blessé 13 autres à Idlib, violant un cessez-le-feu.

En mars, une trêve fragile a été négociée entre Moscou et Ankara en réponse aux mois de combats du régime soutenu par la Russie qui a lancé des offensives militaires à Idlib, le dernier bastion majeur de l’opposition du pays, et a déplacé près d’un million de personnes de leurs foyers. La plupart des réfugiés ont cherché refuge dans des camps proches de la frontière turque, tandis que d’autres se sont rendus dans des zones contrôlées par l’opposition syrienne.

Alors qu’ils luttent déjà pour survivre aux frappes aériennes et tentent de répondre aux besoins de base, les travailleurs humanitaires craignent que les civils ne connaissent une nouvelle augmentation des cas de coronavirus, ce qui serait désastreux dans le nord-ouest de la Syrie. La région abrite près de 1,5 million de personnes qui ont été déplacées par les bombardements de la Russie et du régime syrien et vivent dans des camps ou des abris surpeuplés, souvent avec un accès limité à l’eau courante.

«Une journée sanglante et une nuit noire se terminent presque aujourd’hui en Syrie, mais les tragédies des Syriens ne s’arrêtent pas. Aujourd’hui, les obus du régime ont tué 7 personnes, dont 4 enfants, tandis que les orages continuent de ravager la vie de millions de personnes dans les camps et dans leurs maisons brisées », a écrit le groupe de défense civile Casques blancs sur Twitter le même jour.

Les civils qui sont déplacés et qui vivent dans des camps de tentes de fortune surpeuplés luttent à cause de la pluie et des inondations en attendant l’aide de nourriture, de vêtements et de bois.

Fatma Said, une résidente de l’un des camps de tentes d’Idlib, a déclaré: «La pluie a inondé notre tente. Le sol est mouillé. Nous n’avons pas de bois à réchauffer. Said s’occupait également de ses deux petits-fils après la mort de son fils dans une attaque, luttant pour fournir des vêtements et de la nourriture. Elle a appelé les groupes humanitaires à l’aide pour survivre à l’hiver.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus