Le peuple éthiopien du Tigray risque d’être déplacé au milieu d’un conflit, selon l’ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Au moins 9 millions de personnes risquent d’être déplacées à cause de l’escalade du conflit dans la région éthiopienne du Tigray, ont déclaré les Nations Unies, avertissant que la déclaration d’état d’urgence par le gouvernement fédéral bloquait l’aide alimentaire et autre.

Le Premier ministre Abiy Ahmed poursuit sa campagne militaire qu’il a annoncée mercredi contre la région du nord, malgré les appels internationaux à poursuivre le dialogue avec le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Le groupe a dirigé la coalition au pouvoir multiethnique du pays jusqu’à ce qu’Abiy prenne ses fonctions en 2018.

Vendredi, il a promis que les frappes aériennes au Tigray se poursuivraient. Bien que les frappes initiales aient visé des dépôts d’armes et des sites militaires, Abiy a averti les civils d’éviter les rassemblements de masse de peur qu’ils ne deviennent des «dommages collatéraux», ce qui fait encore craindre.

Environ 600000 personnes au Tigray dépendent de l’aide alimentaire pour survivre, tandis qu’un autre million reçoit d’autres formes de soutien, qui sont toutes perturbées, a déclaré samedi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) dans un rapport.

Des affrontements entre les troupes fédérales et les forces tigréennes avaient éclaté dans huit endroits de la région, selon le rapport. Six combattants ont été tués et plus de 60 blessés lors de combats près de la frontière entre les régions du Tigré et d’Amhara, a déclaré dimanche une source humanitaire à Reuters. Les deux parties ont subi des pertes et certains des blessés ont été emmenés dans des hôpitaux de la ville de Gondar et à proximité, a indiqué la source.

Une infestation de criquets pèlerins en Afrique de l’Est a frappé particulièrement durement le Tigré et les efforts de lutte contre les essaims d’insectes devraient s’être arrêtés en raison du conflit, risquant de causer de nouveaux dommages aux cultures, selon le rapport de l’ONU.

Le gouvernement éthiopien a décidé samedi de remplacer les dirigeants de la région rebelle du Tigré, au nord du pays. Le chef de Tigray a déclaré à l’Union africaine que le gouvernement fédéral prévoyait une «offensive militaire à part entière». Aucune des deux parties ne semblait prête pour le dialogue qui, selon les experts, est nécessaire pour éviter une catastrophe dans l’une des régions les plus stratégiques et vulnérables du monde, la Corne de l’Afrique.

La chambre haute du parlement, la Chambre de la Fédération, a voté la mise en place d’une administration intérimaire, donnant au Premier ministre Abiy le pouvoir de prendre des mesures contre une direction tigrée que son gouvernement considère comme illégale. Ils comprennent la nomination des fonctionnaires et la facilitation des élections.

Le Premier ministre, qui a remporté le prix Nobel de la paix l’année dernière, a affirmé que «les éléments criminels ne peuvent échapper à l’état de droit sous prétexte de rechercher la réconciliation et un appel au dialogue». Experts et diplomates regardent avec consternation les affrontements entre les deux forces lourdement armées. Les observateurs préviennent qu’une guerre civile en Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique avec 110 millions d’habitants, pourrait aspirer ou déstabiliser des voisins tels que le Soudan, l’Érythrée et la Somalie.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus