Alassane Ouattara, l’économiste de velours à la main de fer

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président Alassane Dramane Ouattara, dit ADO, voulait laisser l’image d’un économiste bâtisseur et démocrate, ayant pacifié la Côte d’Ivoire après une longue crise meurtrière. Son élection sur un score stalinien pour un troisième mandat controversé a abîmé son image, l’opposition l’accusant d’être un « dictateur ».

« On ne peut pas me dire que je suis un dictateur ! Je ne souhaitais pas faire un troisième mandat (…). Mais est-ce que j’avais le droit de mettre mon aura personnelle au dessus de l’intérêt de mon parti et de mon pays ? », se défend-il.

Réélu avec 94,27% des voix, sa victoire validée lundi par le Conseil constitutionnel est entachée par le boycott de l’opposition et la quarantaine de morts d’avant et après le scrutin. Il doit aussi gérer la fronde de l’opposition qui va créer un gouvernement de transition.

En mars, il avait annoncé qu’il passait la main. Pour se dédire en août, après la mort de son dauphin désigné, son Premier ministre et ami Amadou Gon Coulibaly.

En dressant son bilan en mars, ADO en avait convenu : « Je n’ai certainement pas tout réussi, mais les résultats sont là « .

Il rappelle souvent qu’il a hérité d’un pays « en lambeaux », et se targue d’avoir « ramené la paix et la sécurité » et « remis le pays au travail ».

Le président Laurent Gbagbo ayant refusé de reconnaître sa défaite dans les urnes en 2010, Alassane Ouattara est arrivé au pouvoir par les armes, grâce au soutien de la rébellion du Nord, de l’armée française, ancienne puissance coloniale, et de l’ONU.

Il a hérité d’un pays scindé en deux depuis 2002, aux vives tensions intercommunautaires, à l’économie minée par les violences et les sanctions internationales.

Cet ancien haut dirigeant du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a su, pendant ses dix ans à la présidence, jouer de ses relations avec les Occidentaux et les bailleurs de fonds pour attirer à nouveau capitaux et investisseurs.

Ouattara a ainsi transformé la Côte d’Ivoire, menant notamment une ambitieuse politique de grands travaux.

– Image de technocrate –

Mais ses détracteurs critiquent un « technocrate international sans âme », sans volonté sociale et ayant instrumentalisé la justice contre ses opposants.

Si la croissance économique est au rendez-vous, avec une moyenne de 7 à 8% par an depuis 2012, la pauvreté et la corruption restent omniprésentes.

Né le 1er janvier 1942 à Dimbokro (centre), Alassane Ouattara a accompli la majorité de sa scolarité au Burkina Faso voisin.

Issu du nord du pays majoritairement musulman, il a longtemps été le symbole de la crise identitaire qui a déchiré le pays.

– « Ivoirité » –

Marié à une Française, ce « technocrate d’avenir » est nommé en 1990 à 48 ans Premier ministre par le président Félix Houphouët-Boigny, fonction qu’il exerce jusqu’à la mort du « Vieux » en 1993.

Redoutant ses ambitions, le camp du nouveau président Henri Konan Bédié tente de prouver l’inéligibilité de Ouattara, accusé d’être d’origine burkinabè. Commence ainsi un débat empoisonné sur l' »ivoirité », un concept nationaliste qui a participé à la montée des tensions communautaires.

Lors de la présidentielle de 2000, la candidature de Ouattara est rejetée pour « nationalité douteuse ».

Après un putsch manqué en 2002, la partition de la Côte d’Ivoire s’impose avec un Sud tenu par le camp du président Gbagbo et un Nord rebelle pro-Ouattara.

Sous la pression internationale, Gbagbo valide en 2005 la candidature de Ouattara à la présidentielle, scrutin reporté jusqu’en 2010 et suivi d’une crise qui fera plus de 3.000 morts.

Une offensive finale permet à Ouattara d’accéder au pouvoir le 11 avril 2011. Sa réélection triomphale en 2015 – plus de 83% des voix au premier tour – tranche l’incessant débat sur sa légitimité. Mais la victoire de 2020 le fait renaître.

« Le masque est tombé. Il se présentait comme un humaniste, un homme de paix, un haut fonctionnaire à l’occidentale qui voulait la démocratie… Il est comme la plupart de nos présidents africains, un chef qui veut garder le pouvoir pour son clan et qui n’hésite pas à réprimer pour se maintenir », affirme sous couvert de l’anonymat un homme du sérail passé dans l’opposition.

« Il se sacrifie. Il ne voulait pas y aller mais certains d’entre nous lui ont forcé la main. Je lui ai dit que j’arrêtais si c’était quelqu’un d’autre. C’est le seul capable de fédérer et de mener le bateau », rétorque un ministre.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus