Le changement de tactique des groupes armés freine le développement dans le nord du Sinaï en Égypte

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Égypte déploie des projets de développement ambitieux dans la péninsule voisine du canal de Suez, d’Israël et de Gaza, mais des poches d’instabilité persistent malgré une campagne militaire intensifiée.

Les assauts à grande échelle contre les positions militaires et gouvernementales se sont calmés, mais les combattants ont changé de tactique, organisant davantage d’attaques individuelles, déployant des tireurs d’élite et plantant des explosifs, selon des sources de sécurité et des analystes.

Leur capacité à envahir temporairement les villages près de Bir al-Abd dans le nord-ouest du Sinaï cet été montre que la sécurité reste fragile, tandis que la pauvreté et la négligence n’ont pas été entièrement réglées, disent-ils.

Au moins 15 personnes ont été tuées par des engins explosifs autour de Bir al-Abd depuis le 10 octobre, ont indiqué des sources de sécurité, alarmant les habitants et soulignant les risques pour les projets de développement.

«Huit pièges se sont déroulés dans les maisons de notre village seul», a déclaré le fermier égyptien Mohamed al-Qalaji, 39 ans, parlant par téléphone. « Les gens ont peur d’entrer dans leurs maisons. »

Alors que le sud du Sinaï abrite la station balnéaire hautement sécurisée de Charm el-Cheikh sur la mer Rouge et d’autres sites touristiques, une grande partie de la péninsule accidentée est peu peuplée et sous-développée.

Un soulèvement armé s’est propagé dans le nord du Sinaï après le renversement du président Mohammed Morsi des Frères musulmans par l’armée en 2013.

Des centaines de policiers et de soldats et plus de 1 000 civils sont morts, selon les déclarations officielles.

La province du Sinaï, un groupe militant fidèle à Daech, a obtenu le soutien des Bédouins locaux se plaignant de la marginalisation, une accusation que le gouvernement nie.

Le mois dernier, à l’occasion de l’anniversaire de la guerre de 1973 avec Israël qui a conduit l’Égypte à reprendre le contrôle du Sinaï, le gouvernement a rendu public des projets visant à fournir des logements sociaux, de l’eau, des routes, des zones industrielles, l’éducation et des soins de santé.

Inaugurant une université et un musée à Charm el-Cheikh, le président Abdel-Fattah el-Sissi a déclaré que 600 à 700 milliards de livres égyptiennes (38 à 44 milliards de dollars) avaient été consacrées au développement du Sinaï au cours des six dernières années.

Dans le nord-est du Sinaï, l’armée a créé une zone tampon et détruit des tunnels qui, selon elle, ont été utilisés par des passeurs pour envoyer des armes et des combattants entre l’Égypte et la bande de Gaza dirigée par le Hamas.

« Chaque jour, nous lançons de nouveaux projets dans des villes du gouvernorat », a déclaré à la télévision locale le gouverneur du nord du Sinaï Mohamed Abdel Fadil Shousha.

Parmi les projets figurent plus de 1 000 «maisons bédouines» autonomes, après que certains habitants se sont plaints de préférer les maisons avec des terres agricoles aux appartements que le gouvernement construisait.

Cheikh Abdallah Juhama, chef des vétérans de la guerre tribale du Sinaï qui ont combattu en 1973 contre Israël, a déclaré que des projets de développement tels que le logement et l’agriculture avaient aidé les Bédouins.

L’État a montré plus d’intérêt pour la région en construisant également des routes, des puits, des écoles et des ponts. « Nous exigeons plus de développement et l’Etat va dans cette direction », a-t-il déclaré.

Plusieurs habitants ont déclaré avoir reçu de nouveaux appartements de l’État à Rafah, en bordure de Gaza, ou dans d’autres villes, après la destruction de leurs maisons.

Mais d’autres ont dit qu’ils préféraient rester à Ismailia, une ville continentale de l’autre côté du canal de Suez, et avaient toujours peur de revenir.

L’aide étrangère

Pour aider à sortir la région de la pauvreté, les États-Unis ont lancé des projets de fourniture d’eau d’une valeur de 50 millions de dollars dans le nord du Sinaï. Les pays arabes ont également accordé leur aide.

Certains donateurs occidentaux ont retardé des projets pour des raisons de sécurité ou faute de partenaire local capable de travailler indépendamment des autorités, a déclaré un diplomate.

« C’est une zone militaire où vous ne pouvez pas opérer sans l’approbation militaire, donc vous ne pouvez pas vérifier l’avancement des projets », a déclaré le diplomate.

Oded Berkowitz, un analyste de la sécurité, a déclaré que les attaques de militants étaient tombées à 15 par mois contre 40 à la fin de 2017, alors que l’Égypte améliorait la sécurité à ses frontières avec Gaza et la Libye.

Mais la capture temporaire de zones habitées autour de Bir al-Abd, les activités militantes de moindre fréquence dans le nord-est du Sinaï et les tentatives d’assaut près du canal de Suez montrent à quel point les services de sécurité restent confrontés à des défis, a-t-il déclaré.

Les opérations de tireurs d’élite, qui se sont déplacées vers l’ouest de la frontière de Gaza à la périphérie d’el-Arish, sont passées à au moins 18 entre janvier et septembre 2020, contre 16 en 2018 et 2019 combinées, ont déclaré deux sources de sécurité égyptiennes.

Les assaillants ont également enlevé et tué ceux qu’ils accusent de collaborer avec l’État.

Pressée par les opérations militaires, la province du Sinaï a intensifié ses activités autour de Bir al-Abd, accessible depuis les pistes du désert vers le sud, ont indiqué des sources sécuritaires.

« Bir al-Abd est une zone désertique ouverte qui est difficile à surveiller », a déclaré l’une des sources.

Hassan al-Shaarwai, qui a un atelier à Bir al-Abd, a déclaré: « Il y a plus d’activités terroristes ici, il y a plus d’incidents sur les routes ».

Les voyages vers le nord du Sinaï sont réservés aux résidents.

«Certes, la capacité militante a été dégradée, mais pas au point de garantir la province pour la sécurité de ses résidents ou pour le développement économique», a déclaré Allison McManus, chercheur principal au Center for Global Policy.

« Pour l’essentiel, le développement massif du nord du Sinaï est encore une vision plutôt tirée par les cheveux. »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus