Groenewegen suspendu neuf mois pour la chute de Jakobsen

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Union cycliste internationale (UCI) a infligé mercredi à Dylan Groenewegen une suspension de neuf mois, sanction aussi lourde que l’émotion avait été forte après la chute en plein sprint de son compatriote Fabio Jakobsen, grièvement blessé et toujours en rééducation.

Le 5 août, au Tour de Pologne, lors d’un sprint à Katowice, Jakobsen semble revenir sur Groenewegen lorsqu’à 100 m de la ligne, à pleine vitesse dans un faux-plat descendant, celui-ci le tasse contre les barrières.

La chute de Jakobsen, projeté par dessus les barrières, est aussi spectaculaire que grave. Le sprinteur de l’équipe Deceuninck-Quick Step est placé deux jours dans un coma artificiel, est opéré pendant cinq heures à la tête, puis subit en octobre une opération de reconstruction du visage.

« Je suis vraiment reconnaissant d’être en vie », avait ensuite déclaré le champion des Pays-Bas de 23 ans.

La sanction de Groenewegen court jusqu’au 7 mai 2021, « correspondant à une période de neuf mois depuis l’incident », a expliqué l’UCI. Groenewegen pourrait donc théoriquement reprendre la compétition au Tour d’Italie, qui doit débuter le 8 mai 2021.

Suspendu par son équipe dans l’attente de la décision de la commission disciplinaire de l’UCI, et opéré à la clavicule à la suite de la chute, le coureur de la Jumbo-Visma ne s’est plus aligné en compétition depuis l’incident.

La chute de Jakobsen avait suscité d’autant plus d’émoi qu’elle était intervenue un an jour pour jour après la mort de l’espoir belge Bjorg Lambrecht (22 ans), décédé après avoir chuté et heurté une structure en béton sur ce même Tour de Pologne.

– La sécurité, un serpent de mer –

Quadruple vainqueur d’étape sur le Tour de France, Groenewegen a écopé mercredi d’une sanction sévère, les accrochages au cours des sprints étant traditionnellement punis par des pénalités immédiates, sans conséquences sur le long terme.

Fin octobre, l’Irlandais Sam Bennett avait ainsi été déclassé après un sprint jugé illicite, à l’issue de la 9e étape du Tour d’Espagne. Et en 2017, Peter Sagan avait été exclu du Tour de France pour un coup de coude à Mark Cavendish.

Plus généralement, la sécurité des coureurs est un serpent de mer dans le peloton et divise le monde du cyclisme.

Si l’organisateur du Tour de Pologne a été pointé du doigt pour le choix d’une arrivée en légère descente, ainsi que pour le type de barrières utilisé, l’ancien sprinteur Jean-Paul van Poppel a jugé la sanction infligée à Groenewegen disproportionnée.

« On peut se demander si Groenewegen aurait été si sévèrement puni si Fabio n’était pas tombé si atrocement. L’UCI ne peut pas suspendre sur la base des dommages encourus (par Jakobsen, NDLR), mais il semble que c’est ce qu’il s’est passé », a regretté dans le journal Algemeen Dagblad le multiple vainqueur d’étape sur les grands Tours.

Dans son communiqué, l’UCI a simplement insisté mercredi « sur l’importance d’agir sur le plan disciplinaire de manière équitable et cohérente face à tout incident de ce type ».

– « Page noire » –

« Maintenant que l’affaire est conclue, on va pouvoir à nouveau regarder vers l’avant », s’est réjoui Richard Plugge, le directeur général de l’équipe néerlandaise Jumbo-Visma, cité dans un communiqué.

Egalement cité par Jumbo-Visma, Groenewegen a affirmé que « cet accident lors de la première étape du Tour de Pologne (resterait) pour toujours une page noire dans (sa) carrière ».

« Je suis de près les nouvelles de la guérison de Fabio. Je ne peux qu’espérer qu’il pourra un jour totalement récupérer ses moyens », a-t-il ajouté.

Pendant l’enquête, le coureur de 27 ans « a reconnu avoir dévié de sa ligne et commis une violation des règles de l’UCI », indique l’instance, précisant qu’il participerait pendant sa suspension « à un certain nombre d’événements au bénéfice de la communauté cycliste ».

Quant à Jakobsen, il n’a pas réagi dans l’immédiat. Selon les médias néerlandais, son état de santé est plutôt rassurant.

Le coureur de la Deceuninck-Quick Step a subi le 8 octobre une opération délicate du visage et de la bouche, au cours de laquelle un os du bassin a été prélevé et placé sur ses mâchoires inférieure et supérieure. Il y a une semaine, le coureur a lui-même fait savoir via les réseaux sociaux que ses points de suture avaient enfin été retirés et qu’une nouvelle opération était prévue pour début 2021.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus