Tous les législateurs pro-démocratie de Hong Kong démissionnent pour protester contre l’éviction de 4 législateurs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les législateurs pro-démocratie de Hong Kong ont démissionné en masse suite à une décision du gouvernement de la ville de disqualifier quatre législateurs pro-démocratie.

Le camp pro-démocratie a annoncé sa décision lors d’une conférence de presse mercredi, quelques heures après que le gouvernement de Hong Kong ait déclaré qu’il allait disqualifier quatre législateurs pro-démocratie – Alvin Yeung, Dennis Kwok, Kwok Ka-ki et Kenneth Leung – de la législature.

Les disqualifications sont intervenues après que le Comité permanent du Congrès national du peuple chinois, qui s’est réuni mardi et mercredi, a adopté une résolution déclarant que ceux qui soutiennent l’indépendance de Hong Kong ou refusent de reconnaître la souveraineté de la Chine sur la ville, ainsi que commettent des actes qui menacent la sécurité nationale ou demander à des forces extérieures d’interférer dans les affaires de la ville, devrait être disqualifié.

« Aujourd’hui, nous allons démissionner de nos fonctions, parce que nos partenaires, nos collègues ont été disqualifiés par l’action impitoyable du gouvernement central », a déclaré Wu Chi-wai, responsable du camp pro-démocratie, lors de la conférence de presse.

« Bien que nous soyons confrontés à de nombreuses difficultés dans l’avenir à venir pour la lutte pour la démocratie, nous n’abandonnerons jamais, jamais », a-t-il déclaré.

Wu a noté que les législateurs pro-démocratie remettront leurs lettres de démission jeudi. Au cours de la conférence de presse, les législateurs pro-démocratie ont scandé « Hong Kong ajoute du pétrole, ensemble nous sommes debout » en se tenant la main.

Pékin a décidé ces derniers mois de réprimer les voix de l’opposition à Hong Kong avec l’imposition d’une loi sur la sécurité nationale, après que des mois de manifestations anti-gouvernementales aient secoué la ville l’année dernière.

Plus tôt dans l’année, les quatre législateurs pro-démocratie maintenant disqualifiés se sont vu interdire de se présenter aux élections législatives initialement prévues en septembre, avant que le gouvernement n’indique qu’il reporterait les élections d’un an en raison de la pandémie de coronavirus.

Les quatre législateurs sont par la suite restés en poste à la suite du report.

Le report des élections a été critiqué par le camp pro-démocratie comme une tentative de les empêcher de remporter la majorité des sièges à la législature après avoir organisé une primaire non officielle en faveur de la démocratie à laquelle ont participé plus de 600000 électeurs pour décider quels candidats présenter.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus