Un expert de l’ONU appelle les rivaux du Qatar à lever les sanctions qui violent les droits humains

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les mesures punitives prises contre le Qatar, appliquées par une coalition de pays dirigée par Riyad dans le cadre d’une dispute régionale, violent les droits de l’homme et devraient être levées, a déclaré jeudi un expert indépendant de l’ONU.

L’Arabie saoudite a conduit ses alliés – les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et l’Égypte – à rompre ses liens avec le Qatar en 2017, l’accusant de soutenir les mouvements extrémistes radicaux et l’Iran, a démenti Doha.

Ils ont ensuite expulsé les Qataris résidant dans leur pays, fermé leur espace aérien aux avions qataris et scellé leurs frontières et leurs ports, séparant certaines familles de nationalité mixte.

Alena Douhan, rapporteure spéciale des Nations Unies sur l’impact négatif des sanctions sur les droits de l’homme, a déclaré que les mesures imposées au Qatar portaient atteinte au droit à la libre circulation, à la non-discrimination et à la liberté d’expression et a appelé à leur retrait.

« La Rapporteuse spéciale considère comme illégale toute mesure unilatérale … si elle a des effets significativement préjudiciables et disproportionnés sur la jouissance des droits et libertés fondamentaux de l’homme », a-t-elle déclaré lors d’un point de presse à Doha.

« Les mesures ont isolé le Qatar de ses voisins et limité considérablement son accès au monde entier, compte tenu de sa situation géographique », a-t-elle déclaré.

Douhan a exhorté les pays qui boycottent « à retirer immédiatement toutes les sanctions et mesures visant à établir des restrictions à la liberté d’expression, de mouvement, d’accès à la propriété (et) des barrières commerciales ».

Elle s’est dite «sérieusement préoccupée» par le traitement réservé aux Qataris expulsés par les pays boycottés au début de la crise, qui a interrompu les travaux et les études.

« Parmi les personnes qui seraient gravement touchées, il y a les couples mariés mixtes et leurs enfants », a-t-elle déclaré.

Les citoyens des pays boycottés vivant au Qatar ont également été affectés par les mesures de leur pays contre Doha, a déclaré Douhan, qui a félicité le Qatar pour ne pas avoir pris de mesures de rétorsion.

Au début de la crise, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a émis 13 demandes radicales, notamment la fermeture du réseau d’information Al Jazeera basé à Doha et la fermeture d’une base militaire turque, afin de mettre fin au boycott. Ils ont également exigé que Doha freine les relations avec le rival de Riyad, l’Iran.

Le Qatar a rejeté les demandes, les qualifiant d ‘«irréalistes» et de «non exploitables», conduisant à une impasse.

Les experts de l’ONU sont indépendants et ne parlent pas au nom de l’organisme mondial, mais leurs conclusions peuvent être utilisées pour informer le travail des organisations des Nations Unies, y compris le Conseil des droits. Le rapport final sera présenté par Douhan lors d’une visite au Conseil des droits de l’homme de l’ONU en septembre 2021.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus