140000 enfants nigérians meurent chaque année d’une pneumonie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La pneumonie tue environ 143000 enfants de moins de cinq ans chaque année au Nigéria, a déclaré jeudi le gouvernement, la pandémie de coronavirus entravant l’accès à des traitements vitaux.

L’oxygène médical associé à des antibiotiques peut aider à réduire le nombre de décès – mais la pandémie a connu une augmentation de la demande, selon le Fonds international des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ce qui rend les pénuries encore plus importantes.

Olorunnimbe Mamora, le ministre de la Santé du pays le plus peuplé d’Afrique, a déclaré lors de la Journée mondiale de la pneumonie le 12 novembre que, combinée à d’autres maladies infantiles, la maladie tue environ 132 nouveau-nés sur 1000 chaque année.

En réponse, l’Association pédiatrique du Nigéria a appelé le gouvernement et ses partenaires internationaux à améliorer son bilan et à défaire sa réputation de plus grand contributeur à la mortalité des moins de cinq ans dans le monde.

Mais cette année a été particulièrement difficile en raison de la pandémie de COVID-19.

Le coronavirus a « entraîné une perturbation des services de garde préventifs et thérapeutiques pour les enfants, notamment la vaccination, les compléments alimentaires et les traitements précoces des maladies courantes », a déclaré l’association dans un communiqué mercredi.

La pneumonie est une infection respiratoire aiguë affectant les poumons et peut être causée par des virus, des bactéries et des champignons trouvés dans l’air pollué, et elle est aggravée lorsque les personnes ont un système immunitaire faible et vivent dans des environnements insalubres.

Elle tue plus d’enfants que toute autre maladie – plus que le sida, le paludisme et la diarrhée réunis, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais un manque d’attention à la pneumonie signifie que trop peu d’enfants ont accès aux interventions disponibles.

« La pandémie a révélé une pénurie d’oxygène dévastatrice dans les pays les plus pauvres », a déclaré Kevin Watkins, PDG de Save the Children UK, dans un récent rapport avec d’autres organisations, appelant à un accès gratuit, en particulier en Afrique subsaharienne où moins d’un sur cinq obtenez le traitement à l’oxygène dont ils ont besoin.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus