Dernière chance pour Quartararo, Mir vise le titre

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Fabio Quartararo joue sa dernière chance pour décrocher le titre de champion du monde MotoGP et empêcher Joan Mir d’être sacré à l’occasion du Grand Prix de la Communauté de Valence (Espagne) ce week-end.

La tâche du pilote français s’annonce compliquée: il suffit à son rival espagnol qui le devance de 37 points à deux épreuves de la fin (Valence dimanche et Portimao au Portugal le 22 novembre) de terminer sur le podium pour être sacré.

« Nous sommes toujours dans la course pour le titre », veut pourtant croire Quartararo. « Mais maintenant, nous allons nous concentrer sur le plaisir que nous pourrons tirer des deux dernières manches et on verra le résultat. Nous sommes deuxièmes au championnat et nous pouvons faire une belle fin de saison », ajoute le Niçois.

Du côté de Mir, la prudence reste de mise même après sa première victoire en MotoGP dimanche dernier sur ce même circuit Ricardo Tormo. Il s’agissait aussi du 9e vainqueur différent en 12 courses.

« Même si j’ai une bonne avance au championnat, je ne peux rien tenir pour acquis et il faut que je reste concentré. Je vais courir comme je le fais d’habitude et on verra bien où j’en serai au drapeau à damiers », déclare-t-il.

Sa Suzuki est la moto en forme du moment. Elle a réussi le doublé lors du GP d’Europe, Mir devançant son coéquipier et compatriote Alex Rins, désormais 3e au championnat à égalité de points (125) avec Quartararo.

– Première pour Suzuki depuis 2000? –

Si Mir et Suzuki remportaient le titre, il s’agirait du premier du côté des pilotes pour la marque de Hamamatsu (au sud-ouest du Japon) depuis 2000 avec l’Américain Kenny Roberts Jr. Son dernier titre constructeur remonte, lui, à 1982.

La firme japonaise confirme ainsi son retour au plus haut niveau alors que les Yamaha, que cela soit celles d’usine ou de l’écurie satellite SRT, sont à la peine, tout comme les Ducati.

Quant aux Honda, elles souffrent de l’absence du sextuple champion du monde et tenant du titre Marc Marquez, absent depuis le début de la saison pour cause de blessure et qui ne fera son retour que l’an prochain.

La pluie, qui s’était invitée aux essais le week-end dernier, ne devrait pas être de la partie cette fois-ci, mais c’est précisément sur le sec que les Suzuki se montrent le plus à l’aise.

Les Yamaha voient aussi peser sur elles l’épée de Damoclès de la fiabilité. Pénalisée de 50 points pour avoir changé sans toutes les autorisations nécessaires les soupapes de ses moteurs, la marque aux diapasons se retrouve dans la situation difficile de devoir demander à ses pilotes de ménager leurs mécaniques.

– Série noire pour Rossi –

Si Quartararo chez SRT ne semble pas trop s’en faire, il n’en va pas de même pour Maverick Vinales au sein de l’écurie d’usine. Actuellement 4e du championnat à 4 points de Quartararo et de Rins, l’Espagnol se plaint de ne pas pouvoir se battre à armes égales.

Son coéquipier, le septuple champion du monde italien Valentino Rossi, a dû abandonner sur panne mécanique dimanche dernier et affiche désormais six résultats blancs consécutifs (trois chutes, deux manches manquées pour cause de test positif au coronavirus et un abandon).

Pour le vétéran du plateau à 41 ans, le bilan est maigre et se traduit par une 15e place au championnat avec comme meilleur résultat cette saison une 3e place au GP d’Andalousie fin juillet.

Andrea Dovizioso, actuellement 6e au championnat ex-aequo avec son compatriote Franco Morbidelli (le coéquipier de Fabio Quartararo), ne sera pas dans le paddock l’an prochain.

A 34 ans, celui qui a été vice-champion du monde en 2017, 2018 et 2019 a annoncé vouloir faire une « pause » dans sa carrière. Mais à 34 ans, ses chances de retrouver la grille de la catégorie reine semblent toutefois minces.

Dans les autres catégories, Le championnat Moto2 est relancé avec la chute du Britannique Sam Lowes dimanche dernier qui a permis à l’Italien Enea Bastianini de prendre la tête.

En Moto3, trois points séparent l’Espagnol Albert Arenas, lui aussi tombé dimanche dernier, du Japonais Ai Ogura.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus