La route de la Libye vers la paix assombrie par les tensions alors que l’armée du GNA refuse de négocier sous la contrainte de mercenaires

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les côtés rivaux de la Libye aux pourparlers dirigés par l’ONU en Tunisie ont commencé jeudi à négocier les pouvoirs d’un gouvernement de transition proposé au milieu des espoirs prudents de mettre fin à un conflit brutal vieux de dix ans.

Cependant, l’armée du gouvernement légitime a déclaré le même jour qu’elle n’accepterait pas de nouveaux pourparlers sous la présence des mercenaires étrangers et de leurs systèmes antiaériens dans la province nord de Syrte.

Le gouvernement d’unité basé à Tripoli a averti qu’un cessez-le-feu historique convenu le mois dernier pourrait être en péril, affirmant que leurs rivaux soutenus par Moscou avaient lancé des exercices de tir réel. Il a également accusé des mercenaires russes d’avoir empêché leur délégation d’atterrir dans un aéroport près de Syrte.

« Nous ne voulons pas que ces mesures entraînent l’échec d’un dialogue pacifique », a déclaré le commandement militaire du gouvernement libyen dans un tweet.

« Mais nous n’accepterons pas de négocier sous la contrainte des mercenaires et de leurs défenses aériennes », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de l’armée libyenne du Gouvernement d’accord national (GNA) soutenu par l’ONU, Mohammad Qanunu, s’est adressé à la Mission de soutien des Nations Unies en Libye (MANUL), a déclaré: « Le mouvement militaire autour de Syrte et Jufra ne pointe pas vers le retrait convenu forces armées et mercenaires. La MANUL le sait très bien. « 

La Libye est en proie au chaos et à la violence depuis l’éviction et le meurtre en 2011 du dirigeant de longue date Mouammar Kadhafi lors d’un soulèvement populaire soutenu par l’OTAN. Depuis, les administrations rivales de l’est et de l’ouest se disputent le contrôle du pays méditerranéen.

Les pourparlers politiques en Tunisie s’appuient sur des mois de calme relatif depuis que le GNA a organisé une contre-attaque contre une offensive d’un an contre la capitale par le putschiste basé à l’Est, le général Khalifa Haftar.

La MANUL dirige également les pourparlers militaires près de la ligne de cessez-le-feu à Syrte.

L’envoyée intérimaire de l’ONU en Libye, Stephanie Williams, a déclaré que la dernière série de pourparlers était « la meilleure occasion de mettre fin à la division » depuis que Haftar a lancé son siège en avril 2019.

Les délégués en Tunisie s’étaient mis d’accord sur une feuille de route préliminaire pour « des élections présidentielles et parlementaires libres, équitables, inclusives et crédibles » dans les 18 mois, a-t-elle déclaré mercredi soir.

Mais les observateurs ont remis en question la légitimité des 75 délégués, sélectionnés par l’ONU pour représenter les institutions existantes et la diversité de la société libyenne.

Et le processus, qui fait suite à de multiples pourparlers de paix échoués, reste la proie de potentiels spoilers, notamment des groupes armés et des puissances étrangères.

Le GNA a accusé cette semaine le Wagner Group, une organisation paramilitaire russe soutenant Haftar, d’avoir empêché sa délégation aux pourparlers de Syrte d’atterrir sur la base aérienne voisine de Qardabiya.

La vaste base aérienne de Qardabiya est un endroit clé pour les défenses aériennes à longue portée, située à peu près au milieu de la côte sud de la Méditerranée.

L’entrepreneur militaire russe ténébreux, réputé proche du Kremlin, a été accusé de nombreuses violations en Libye.

Le commandement militaire du GNA a également cité des exercices de tir réel par les forces pro-Haftar dans la région et a déclaré que des personnes du «cercle restreint» de Haftar dirigeaient les réunions.

Les deux parties « se sont entendues sur le retrait de toutes les forces étrangères et mercenaires de leurs positions sur les lignes de front, pour être transportés à Benghazi et Tripoli dans un premier temps, pour commencer le processus de leur départ du territoire libyen », a déclaré Salim Raad, chef de la section des institutions de sécurité de la MANUL jeudi, ajoutant que les deux parties avaient convenu de se rencontrer à nouveau.

Jack Watling, chercheur au think tank RUSI à Londres, a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) que la Russie cherchait à maintenir son influence dans les négociations.

« Les défenseurs de l’air locaux se sentent plus en sécurité avec un espace aérien assaini », a-t-il déclaré. « Mais la Russie montre également qu’elle peut saboter les pourparlers (militaires) pour maintenir son influence. »

« L’incident de Qardabiya a-t-il saboté les pourparlers? Probablement pas, mais la Russie a souligné qu’elle le pouvait si elle le voulait », a-t-il déclaré.

Le Commandement américain pour l’Afrique (AFRICOM) a accusé en juillet la Russie de «jouer un rôle inutile en Libye en livrant des fournitures et du matériel au groupe Wagner».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus