«  Le régime d’Assad et ses soutiens sont le principal obstacle au retour des Syriens déplacés  »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le régime d’Assad et ses soutiens sont les plus grands obstacles au retour des Syriens déplacés dans leur patrie, a déclaré jeudi Hamid et-Tuhri, le président du Conseil des tribus et des clans à Tal Abyad.

Dirigeant l’organisation faîtière des tribus et des clans de Tal Abyad, qui a été libérée de l’occupation du PKK / YPG lors de l’opération Printemps de la paix de la Turquie l’année dernière, et-Tuhri a évalué la conférence sur le retour des migrants syriens, organisée conjointement par le régime syrien et la Russie en Damas.

Il a déclaré que les attaques et l’oppression du régime d’Assad étaient les principales raisons du déplacement et de la migration de millions de civils. « Nous avons vu depuis le début des révoltes en Syrie que vous ne pouvez pas faire confiance au régime d’Assad. Comment peuvent-ils parler du retour en toute sécurité alors que les milices iraniennes et les mercenaires russes, qui ont déplacé le peuple syrien de leur pays d’origine, sont toujours présents dans le pays? ? »

Déclarant que les civils de la région d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, sont toujours soumis à des attaques et assauts systématiques du régime et de ses soutiens, et-Tuhri a déclaré que les principaux objectifs de cette conférence sont de regagner la légitimité internationale du régime d’Assad et de fournir les fonds financiers nécessaires reconstruction du pays.

«Le régime d’Assad est la principale source de terreur en Syrie. C’est aussi la principale et seule raison des migrations massives. Nous n’avons pas vu de pays accueillir des migrants à cette conférence. Où sont la Turquie, les États-Unis et les pays européens? Ces pays savent que la stabilité et les institutions fonctionnelles sont nécessaires pour le retour. Tant que le régime d’Assad existera, aucune d’elles ne sera présente. « 

Il a conclu que le retour volontaire et en toute sécurité des migrants syriens peut être obtenu grâce à la dissolution du régime d’Assad et de ses organisations de sécurité.

Le régime syrien a organisé mercredi une conférence de deux jours soutenue par la Russie à Damas pour faciliter le retour de millions de migrants syriens dans ce pays déchiré par la guerre, malgré les réserves de la communauté internationale.

Parmi les pays voisins accueillant l’essentiel des migrants syriens, seuls le Liban et l’Irak ont ​​envoyé des représentants, selon les organisateurs.

Parmi les autres participants figuraient une délégation russe et des représentants des alliés du régime syrien, l’Iran, le Venezuela et la Chine, tandis qu’un représentant des Nations Unies devait y assister en tant qu’observateur.

Bashar Assad dans un discours télévisé a déclaré que « des millions de Syriens veulent rentrer ». Mais une énorme quantité « d’infrastructures a été détruite après avoir été construites pendant des décennies, et le terrorisme continue dans certaines régions », a-t-il dit, utilisant son terme générique pour désigner les groupes d’opposition.

Assad a déclaré que les sanctions occidentales visant le régime de Damas «privaient également le pays des moyens les plus simples de reconstruction».

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, plus de la moitié de sa population d’avant-guerre a été forcée de fuir ses foyers, dont 5,5 millions sont allés à l’étranger. La Turquie voisine accueille le plus grand nombre de migrants syriens avec près de 4 millions, suivie du Liban et de la Jordanie.

La Jordanie n’a pas assisté à la conférence, tandis que le principal soutien de l’opposition, la Turquie, n’a pas été invité. L’Union européenne a déclaré mardi qu’elle ne serait pas non plus présente, car la situation en Syrie n’était pas encore sûre pour les retours.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que la priorité de la Syrie doit être « de créer les conditions d’un retour sûr, volontaire, digne et durable des réfugiés » conformément aux directives de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Après une série de gains militaires ces dernières années, les forces d’Assad contrôlent plus de 70% de la Syrie. La Russie, principal allié du régime, cherche depuis des années à obtenir un soutien international pour reconstruire la Syrie et permettre le retour des migrants. Mais les groupes de défense des droits ont averti que de nombreuses zones ne disposent pas des infrastructures nécessaires ou restent dangereuses. Les nations occidentales dirigées par les États-Unis ont conditionné leur aide à un règlement politique du conflit.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus