« Combien coûte un sénateur? », lance… un sénateur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Petit coup de chaud vendredi soir au Sénat sur la question récurrente de la répartition territoriale des jeunes médecins: « combien coûte un sénateur pour reprocher à un étudiant ce qu’il coûte à la Nation ? », a lancé le sénateur LR Alain Milon à un de ses collègues.

Lors de l’examen du projet de budget de la Sécurité sociale, Jean-Luc Fichet, sénateur PS du Finistère, a défendu un amendement en faveur d’un « conventionnement territorialisé ». C’est-à-dire une régulation des conventionnements des nouveaux médecins à l’Assurance maladie pour les inciter à s’installer dans des zones de déserts médicaux.

Les débats se sont quelque peu enflammés entre partisans et opposants aux mesures coercitives.

« La contrainte n’est pas la solution », a affirmé la ministre Brigitte Bourguignon dans un brouhaha ambiant. « On n’est plus dans la même médecine qu’autrefois, je n’y peux rien, c’est culturel », a-t-elle ajouté.

« Le conventionnement territorialisé, c’est pas grand-chose, quand on sait que la formation d’un médecin, c’est 150.000 euros que ça coûte à l’Etat », a argumenté M. Fichet.

« Je trouve scandaleux que vous puissiez reprocher à un étudiant en médecine qu’il coûte à l’Etat 150.000 euros », a réagi l’ancien président de la commission des Affaires sociales Alain Milon.

« Vous ne savez pas en plus combien d’économies l’étudiant en médecine permet à l’hôpital de faire », a-t-il poursuivi, avant de lâcher : « Combien coûte un sénateur pour reprocher à un étudiant ce qu’il coûte à la Nation ? ».

Catherine Deroche (LR), qui lui a succédé début octobre à la tête de la commission, a renchéri: « Ce ne sont pas des glandeurs, ils travaillent pendant toutes les années de leurs études ». Elle a elle aussi jugé « totalement scandaleux » qu’on leur reproche « l’argent qu’ils coûtent à la collectivité », après « la période qu’on vient de vivre » et leur implication dans la crise sanitaire.

L’amendement de M. Fichet et d’autres allant dans le même sens ont été rejetés.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus