Les explosions secouent 2 villes de l’État d’Amhara

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Deux explosions ont frappé des villes de l’État d’Amhara en Éthiopie, qui jouxte l’État du Tigré au nord, où les troupes fédérales combattent les forces locales, et la commission des droits de l’homme a mis en garde contre les violations des droits dans le conflit.

Des centaines de personnes ont été tuées dans des affrontements depuis que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé la force de défense nationale sur une offensive contre des troupes locales bien entraînées au Tigray le 4 novembre, après les avoir accusées d’avoir attaqué une base militaire fédérale dans la région.

Les explosions à Amhara ont eu lieu à Bahir Dar et à Gondar vendredi soir, ont indiqué le bureau de communication d’Amhara et le service de presse de l’État.

Les enquêtes ont commencé à établir si les explosions étaient liées aux combats à Tigray, a indiqué le bureau des communications d’Amhara, sans donner de détails sur les victimes.

Les forces de l’État régional d’Amhara se sont battues aux côtés de leurs homologues fédéraux contre les forces du parti au pouvoir de Tigray, le Front de libération du peuple de Tigray (TPLF).

Les Nations Unies, l’Union africaine et d’autres craignent que les combats ne s’étendent à d’autres parties du deuxième pays le plus peuplé d’Afrique et déstabilisent la région de la Corne de l’Afrique.

Plus de 14 500 personnes ont fui vers le Soudan voisin, la vitesse des nouveaux arrivants « écrasant la capacité actuelle de fournir de l’aide », a déclaré l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

La Commission éthiopienne des droits de l’homme, nommée par le gouvernement mais indépendante, a déclaré qu’elle envoyait une équipe d’enquêteurs dans la ville de Mai Kadra dans le Tigré, où Amnesty International a rapporté des preuves de massacres.

Le massacre de civils rapporté par Amnesty équivaudrait à des crimes de guerre s’il était confirmé qu’il était commis par l’une des forces belligérantes, a déclaré vendredi la chef des droits de l’ONU, Michelle Bachelet.

La commission éthiopienne enquêtera sur toute violation des droits de l’homme dans le conflit, a-t-elle déclaré dans un communiqué, ajoutant qu’il y avait « un risque raisonnable de profilage ethnique » lié à la confrontation militaire.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus