Morbidelli en pole, Quartararo juste devant Mir

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Italien Franco Morbidelli a décroché la pole position pour le Grand Prix de Valence MotoGP dimanche, le Français Fabio Quartararo se qualifiant 11e juste devant l’Espagnol Joan Mir, son rival pour le titre de champion du monde.

Morbidelli, le coéquipier de Quartararo chez Yamaha-SRT, devance l’Australien Jack Miller (Ducati-Pramac) et le Japonais Takaaki Nakagami (Honda-LCR).

C’est la 2e pole de sa carrière en MotoGP après celle obtenue au GP de Catalogne en septembre. Il a aussi obtenu deux victoires dans cette catégorie cette année et figure actuellement à la 5e place du championnat.

« Il faudra voir quelles seront les conditions demain mais je me sens bien dans toutes les conditions. C’était un peu difficile aujourd’hui mais j’ai pu prendre des risques », a souligné l’Italien, âgé de 25 ans.

Fabio Quartararo, actuellement 2e du championnat du monde à deux courses de la fin avec 37 points de retard sur Joan Mir, a dû passer par la Q1 pour arriver à participer à la Q2 qui rassemble les douze pilotes les plus rapides.

« Nous avons fait plus de changements (sur la moto) ce weekend que nous en avons faits pendant toute l’année », a souligné le Français, déplorant que cela ne lui ait pas permis de faire progresser sa moto et qu’il reste à 7/10e de son coéquipier.

« Je ne pense pas à Joan », a-t-il toutefois assuré samedi, estimant que l’essentiel était de faire progresser sa moto et de terminer le mieux classé possible à l’arrivée.

– Mir confiant –

« Ce n’était pas un mauvais jour car j’ai pu améliorer ma vitesse de course. Mais je ne sais pas ce qui s’est passé en qualification, je n’ai jamais eu le bon ressenti pour pousser. C’est dommage mais ce qui est important c’est que nous avons la vitesse », a affirmé de son côté Mir en ajoutant que sa place lointaine sur la grille « n’est pas la fin du monde » même si elle l’oblige à prendre un très bon départ dimanche pour remonter sur les leaders.

Il lui suffit de terminer 3e dimanche pour remporter le titre et battre Quartararo. Le titre se jouera toutefois lors de la dernière épreuve de la saison, au Portugal le 22 novembre, si le Français parvient à marquer 12 points de plus que lui dimanche.

Quartararo a connu de grosses difficultés pour mettre au point sa Yamaha tout au long des essais libres et des qualifications. Contrairement à Morbidelli, il dispose d’une machine dotée des derniers développements de l’usine alors que son coéquipier doit se contenter d’une moto de l’an dernier.

Celle-ci semble toutefois se montrer supérieure, les pilotes d’usine Yamaha ne pouvant faire mieux samedi que 6e avec l’Espagnol Maverick Vinales et 16e avec le septuple champion du monde italien Valentino Rossi.

L’Espagnol Alex Rins, le coéquipier de Mir chez Suzuki et 3e du championnat à égalité de points avec Quartararo, n’est lui pas parvenu à passer en Q2 et devra se contenter de la 14e place sur la grille pour la course dont le départ sera donné à 14h00 (13h00 GMT).

Le Français Johann Zarco (Ducati-Avintia) s’est qualifié à une excellente 4e place alors qu’il pilote une moto d’une écurie cliente.

« Je suis content des améliorations apportées mais pour aller encore plus vite ce n’est pas facile. J’ai confiance dans le fait que je serai rapide demain et il sera important de bien gérer les 9 derniers tours pour jouer le podium », a souligné Zarco, s’inquiétant de l’usure des pneus.

A noter que l’Espagnol Iker Lecuona (KTM-Tech3) ne participe pas à ce Grand Prix de Valence en raison d’un test positif au coronavirus après avoir déjà dû rater le précédent Grand Prix d’Europe sur le même circuit le week-end dernier ayant été identifié comme cas contact.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus