La peur grandit en Afrique alors que les écoles rouvrent dans un contexte de ralentissement économique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
72584.jpg

Un parent à court d’argent a demandé à payer les frais de scolarité de son enfant avec des sacs de riz qu’elle cultive, ce qui a conduit le directeur Mike Ssekaggo à demander un échantillon avant d’accepter. Finalement, il l’a fait.

De nombreux autres parents dans les pays africains, incapables de payer en espèces ou en nature, disent que leurs enfants devront rater le nouveau trimestre alors que les cours reprennent après des mois de retard causé par la pandémie COVID-19.

Ssekaggo, directeur de l’école secondaire Wampeewo Ntakke à la périphérie de la capitale ougandaise, Kampala, a répondu aux plaintes de parents qui se démènent pour que leurs enfants soient inscrits pour la première fois depuis mars.

Le soulagement suscité par la réouverture progressive des écoles s’accompagne d’une anxiété face à la pression financière causée par la pandémie et sur la manière de protéger les élèves dans les salles de classe souvent bondées contre le coronavirus.

Seulement environ la moitié des 430 étudiants avaient signalé le jour après avoir commencé à admettre des étudiants pour le nouveau trimestre, a déclaré Ssekaggo à l’Associated Press.

Les responsables de l’école craignent que certains enfants ne retournent pas en classe parce que leurs parents ne travaillent pas, a déclaré Ssekaggo.

En Ouganda, les autorités ont établi des normes que les écoles doivent respecter avant de pouvoir admettre des étudiants, dont la plupart pourraient rester à la maison jusqu’à l’année prochaine. Les écoles doivent disposer de suffisamment de postes de lavage des mains et de suffisamment de place dans les salles de classe et les dortoirs pour la distance sociale.

Bien que la pandémie ait perturbé l’éducation dans le monde, la crise est plus aiguë en Afrique, où jusqu’à 80% des étudiants n’ont pas accès à Internet et l’enseignement à distance est hors de portée pour beaucoup.

L’Afrique subsaharienne avait déjà les taux les plus élevés d’enfants non scolarisés au monde, avec près d’un cinquième des enfants entre 6 et 11 ans et plus d’un tiers des jeunes entre 12 et 14 ans non scolarisés, selon l’ONU agence de la culture et de l’éducation.

Bien que les écoles aient maintenant rouvert dans de nombreux pays africains qui avaient imposé des verrouillages anti-COVID-19, le plein impact de la pandémie sur l’éducation dans le continent le plus jeune du monde, qui compte plus de 1,3 milliard de personnes, reste à voir.

Dans certains cas, la décision de rouvrir reste problématique, d’autant plus que le niveau de test reste faible.

«L’une des choses dont nous avons discuté est de savoir comment surveiller la situation dans les écoles où nous avons un grand nombre d’étudiants», a déclaré le Dr Rashid Aman, secrétaire administratif en chef de la santé du Kenya. «Je pense que nous devrons certainement effectuer un certain niveau de dépistage dans ces populations pour voir s’il y a transmission de cas asymptomatiques.»

Comme en Ouganda, le Kenya met en œuvre une réouverture progressive des écoles. Les étudiants passant des examens pour passer à l’école supérieure, au lycée et à l’université ont déclaré en octobre. Le reste reviendra en janvier, mais on craint généralement que les écoles aient été rouvertes trop tôt car certains ont signalé des flambées.

Des défis similaires sont signalés au Zimbabwe, le pays d’Afrique australe à court d’argent, où plus de 100 000 enseignants publics font grève depuis la réouverture des écoles, exigeant une meilleure rémunération ainsi que des équipements de protection.

«Les résultats de la catastrophe qui se produit avec des écoliers non surveillés seront avec nous pendant longtemps», a déclaré Raymond Majongwe, secrétaire général du Progressive Teachers Union of Zimbabwe, mettant en garde les parents contre l’envoi de leurs enfants à l’école pendant que les enseignants sont en grève. «Préparez-vous à un baby-boom et à un boom de la drogue», a-t-il ajouté.

Le coronavirus avait infecté plus de 1,9 million d’Africains et tué plus de 45 000 au 9 novembre. Mais jusqu’à 80% des cas de virus en Afrique seraient asymptomatiques, a déclaré le directeur Afrique de l’Organisation mondiale de la santé en septembre, citant une analyse préliminaire.

Les autorités en Ouganda et au Kenya ne testent pas les étudiants pour le virus avant leur inscription. John Nkengasong, chef des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré jeudi aux journalistes que même si son groupe ne surveille pas les écoles, «nous nous attendons naturellement à ce qu’il y ait des infections».

À l’école secondaire ougandaise Wampeewo Ntakke, qui comptait 1 800 élèves avant l’épidémie, les responsables aux portes ont pris la température des étudiants qui arrivaient, qui devaient également apporter au moins deux masques. Plus tard, une infirmière les a informés de la sécurité.

«Je pense que nous sommes en sécurité maintenant», a déclaré Sylvia Namuyomba, étudiante, en réfléchissant aux stations de lavage des mains stratégiquement placées sur les pelouses vertes.

Un enseignant à l’air sévère portant un écran facial a patrouillé dans l’enceinte, réprimandant les étudiants qui ont même momentanément enlevé leurs masques.

Dans une salle de classe, les élèves masqués en ont assis un par bureau au lieu des trois habituels, une mesure de l’éloignement social qui sera difficile à maintenir lorsque des centaines d’autres se présenteront à l’école au début de l’année prochaine.

«Nous laissons juste dans la prière que d’ici janvier il n’y aura pas de COVID», a déclaré Vincent Odoi, professeur en études commerciales. «Sinon, nous ne réussirons pas.»

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus