l’ex-gendre de la milliardaire demande sa remise en liberté

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Wojciech Janowski, condamné à la perpétuité pour avoir commandité l’assassinat de sa belle-mère, la milliardaire monégasque Hélène Pastor, a déposé une demande de remise en liberté moins de deux semaines après un nouveau report de son procès en appel, a-t-on appris auprès de son avocat.

Il justifie sa demande par trois points principaux: le « délai déraisonnable » entre son placement en détention et son jugement car il est en prison depuis plus de six ans, son âge (71 ans) et son état de santé, détaille son avocat, Me Jean-Jacques Campana.

« Il pourrait être domicilié dans le Var, vivre avec sa retraite de 2.500 euros par mois et être libre pour pouvoir se défendre lors de son nouveau procès en appel » dont les dates n’ont pas encore été fixées, ajoute-t-il.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence étudiera sa demande le 9 décembre à 14H00.

Son procès en appel a déjà été reporté deux fois : en mars, interrompu par le confinement; et début novembre.

Le 2 novembre, les avocats de la défense avaient en effet réclamé de concert son renvoi, en raison du contexte sanitaire et de de la demande de disjonction du tireur présumé, dont l’avocat était retenu par un autre procès.

La cour avait ensuite précisé avoir ordonné le renvoi de l’affaire à une session ultérieure, considérant « qu’indépendamment du risque sanitaire actuel », il y avait lieu, « dans l’intérêt de la manifestation de la vérité, de faire droit aux demandes de renvoi présentées pour permettre l’examen des faits de l’accusation au cours d’un seul et même procès ».

Le 6 mai 2014, Hélène Pastor, 77 ans, et Mohamed Darwich, 63 ans, avaient été mortellement blessés par balles devant un hôpital de Nice où la milliardaire venait de rendre visite à son fils Gildo.

En 2018, Wojciech Janowski avait été condamné à la prison à vie après avoir été jugé coupable d’être l’instigateur de ce guet-apens.

Juste après le drame, il avait avoué en garde à vue être l’organisateur de ce piège avant de se rétracter jusqu’à la volte-face de dernière minute, lors du procès en première instance, de son avocat de l’époque, Eric Dupond-Moretti.

Ce dernier, devenu depuis ministre de la Justice, avait alors concédé que son client était bel et bien le commanditaire de l’assassinat de Mme Pastor, mais pas de celui du chauffeur –des propos de nouveau contestés neuf mois plus tard par Wojciech Janowski.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus