Les YPG provoquent une pénurie de carburant à Deir el-Zour, riche en pétrole en Syrie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le groupe terroriste YPG soutenu par Washington, la ramification syrienne du PKK, retient des ressources et permet aux habitants du nord-est de la Syrie de Deir el-Zour de souffrir de pénuries de carburant malgré les riches ressources pétrolières de la province.

Selon Anadolu Agency (AA), les terroristes des YPG, qui contrôlent 70% des ressources pétrolières du pays ravagé par la guerre et font également le commerce du pétrole avec le régime syrien, privent les habitants des ressources fertiles de leur ville natale, ignorant le fait que l’hiver approche à grands pas. et le pétrole devient maintenant une nécessité absolue.

Des rapports sur le terrain indiquent que le carburant diesel, qui était censé être distribué aux personnes qui ont conservé les cartes de rationnement reçues en septembre, est toujours refusé au public sous prétexte qu’il n’y en a pas assez ou qu’il est faible. qualité.

Trompés par les YPG et laissés sans pétrole, les habitants sont obligés de se tourner vers le marché noir pour répondre à leurs besoins.

La majorité des familles qui souffrent des actions du groupe terroriste vendent leurs cartes de rationnement à bas prix aux exploitants de carburant diesel et sont ensuite obligées d’acheter le carburant sur le marché noir à un prix trois fois plus cher que sa valeur d’origine.

Sur le marché noir, 1 litre (0,26 gallon) de carburant diesel vaut 500 livres syriennes (près de 1 $). L’année dernière, à cette époque, les habitants de Deir el-Zour ont pu acheter 1 litre de carburant diesel pour seulement 165 livres syriennes.

La livre syrienne, qui est restée stable autour de 500 pour un dollar pendant plusieurs années, est entrée en chute libre l’année dernière, atteignant un creux de 3000 en juin, en prévision de nouvelles sanctions américaines.

S’adressant aux AA, un local qui souhaitait garder l’anonymat a déclaré que les YPG refusaient «délibérément» de distribuer du carburant diesel parmi les gens afin de les forcer à vendre leurs cartes de rationnement aux commerçants ou aux opérateurs pétroliers de la région.

En ce qui concerne le commerce du pétrole du groupe terroriste avec le régime syrien, l’homme local a déclaré que si le pétrole n’est pas vendu à la population à des prix élevés, il est «passé en contrebande» vers la zone contrôlée par le régime.

Environ 500 camions de pétrole seraient vendus chaque jour aux autorités du régime par des terroristes des YPG.

Un partenariat discret a existé entre les terroristes et le régime syrien, par lequel Damas achète le surplus de carburant par l’intermédiaire d’intermédiaires dans le cadre d’une opération de contrebande qui s’est poursuivie malgré les divergences politiques. On s’attendait à ce que le pétrole soit une monnaie d’échange pour les terroristes des YPG pour négocier un accord avec le régime syrien, qui a tenté en vain d’atteindre les champs pétrolifères pour les reprendre à Daech.

Au début du mois, des journalistes des AA ont enregistré des images des ressources pétrolières et des pétroliers appartenant à Hussam Katerji, qui est un député inscrit sur la liste des sanctions américaines contre des responsables syriens.

Le 9 novembre, le département du Trésor américain a déclaré dans un communiqué qu’il avait imposé des sanctions aux responsables militaires syriens, aux membres du parlement et aux entités du régime, ainsi qu’aux personnes syriennes et libanaises qu’il accusait de tenter de relancer l’industrie pétrolière syrienne.

L’action vise à repousser le régime de Bashar Assad vers les négociations menées par les Nations Unies et à mettre un terme à la guerre presque décadelongue dans le pays.

La Syrie produisait environ 380000 barils de pétrole par jour avant que la guerre civile n’éclate à la suite d’une répression des manifestations en 2011, l’Iran et la Russie soutenant le régime d’Assad et les États-Unis soutenant l’opposition.

Deir el-Zour, situé à la frontière irakienne, possède 11 champs pétrolifères. Ces champs pétrolifères représentent environ un tiers des ressources énergétiques de la Syrie.

Koniko, la plus grande installation de gaz naturel de la province, a été capturée par des terroristes des YPG le 23 septembre 2017. Le plus grand gisement de pétrole, al-Omar, a été capturé un mois plus tard, le 22 octobre 2017.

Les États-Unis, qui ont désigné le PKK comme une organisation terroriste, s’allient toujours aux YPG en Syrie.

Après avoir annoncé le retrait des troupes américaines de Syrie à deux reprises, le président américain Donald Trump a ajouté plus de complexité à la mission de l’armée américaine dans la région en revendiquant un droit au pétrole syrien.

En août, un accord pétrolier entre une société américaine et les YPG dans le nord de la Syrie a été signé, suscitant une sévère condamnation de la Turquie, qui accusait les États-Unis de «financer le terrorisme», affirmant que les ressources naturelles du pays appartenaient au peuple syrien.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus