Israël exclut les Palestiniens de la mosquée Al-Aqsa pour la quatrième prière consécutive du vendredi

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Vendredi, la police israélienne a empêché des centaines de résidents palestiniens en Cisjordanie occupée d’atteindre la mosquée Al-Aqsa pour faire la prière du vendredi.

Selon un correspondant de l’Agence Anadolu (AA), la police israélienne a arrêté des fidèles de Cisjordanie aux points de contrôle aux entrées de la vieille ville de Jérusalem et n’a autorisé qu’un très petit nombre d’entre eux à atteindre la mosquée Al-Aqsa après les contrôles d’identité.

Les Palestiniens, qui ont été empêchés d’atteindre la mosquée Al-Aqsa, ont célébré la prière du vendredi dans les rues près de la vieille ville. La police israélienne a érigé des points de contrôle aux entrées de la vieille ville le matin.

Dans le sermon de vendredi, l’imam Al-Aqsa Sheikh Yusuf Abu Sneina a dénoncé «l’empêchement répété des fidèles d’atteindre la mosquée».

« Il n’est en aucun cas permis de continuer à empêcher les fidèles d’atteindre la mosquée pour y prier », a déclaré Abu Sneina, ajoutant que c’était le quatrième vendredi consécutif que les résidents de Cisjordanie étaient empêchés d’atteindre la mosquée Al-Aqsa.

Environ 12 000 résidents de Jérusalem-Est et des Palestiniens vivant en Israël ont célébré la prière du vendredi à la mosquée Al-Aqsa au milieu de mesures strictes, selon les estimations locales. Israël oblige les résidents de Cisjordanie et de la bande de Gaza à obtenir des permis spéciaux pour entrer à Jérusalem ou prier à la mosquée Al-Aqsa.

Israël a capturé la Cisjordanie pendant la guerre de 1967, mieux connue sous le nom de guerre des Six jours. Depuis lors, plus de 700 000 Israéliens se sont installés dans des colonies de Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Les Palestiniens veulent former un État indépendant comprenant toute la Cisjordanie et Jérusalem-Est. L’annexion des colonies de Cisjordanie exaspérerait les Palestiniens et les voisins arabes d’Israël et éliminerait tout espoir persistant d’établir un État palestinien viable.

On craint également qu’une poussée israélienne pour promouvoir le tourisme à Al-Aqsa puisse aggraver les tensions, car l’État juif n’a pas de souveraineté sur le sanctuaire sacré, qui est régi par le Waqf islamique jordanien. L’esplanade perchée de la vieille ville, qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le sanctuaire emblématique du Dôme du Rocher, est le troisième site le plus sacré de l’Islam. C’est aussi le site le plus sacré des Juifs, qui l’appellent le Mont du Temple parce que c’était l’emplacement de deux temples bibliques dans les temps anciens.

Pendant ce temps, l’accord négocié par les États-Unis entre les Émirats arabes unis (EAU) et Israël a intensifié la rivalité pour le contrôle religieux de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem.

«Tous les musulmans qui viennent en paix peuvent visiter et prier à la mosquée Al-Aqsa, et les autres lieux saints de Jérusalem doivent rester ouverts aux fidèles pacifiques de toutes confessions», a déclaré en août le communiqué conjoint des États-Unis, des Émirats arabes unis et d’Israël.

Cette déclaration, cependant, a considérablement remis en question le statu quo à Jérusalem en faveur d’Israël.

Il est possible que les EAU agissent de concert avec les colons israéliens et les extrémistes d’extrême droite dans le but de saper l’autorité du Conseil suprême musulman jordanien et palestinien sur le lieu saint. Le 18 octobre, une délégation d’Abou Dhabi a visité la mosquée Al-Aqsa avec la protection des forces israéliennes, suscitant les critiques du Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh.

« La mosquée Al-Aqsa doit être entrée par la porte de ses propriétaires, et non par la porte de l’occupation israélienne », a déclaré Shtayyeh à l’époque.

« Il est triste de voir certaines délégations arabes entrer dans l’enceinte par la porte israélienne, alors que les fidèles se voient refuser l’accès pour effectuer leurs prières », a-t-il dit.

La semaine dernière, Khaled Abu Arafa, ancien ministre palestinien des Affaires de Jérusalem, a déclaré au Middle East Eye (MEE) que l’accord israélo-émirati « suscite des inquiétudes et des craintes parmi les Jordaniens et les Palestiniens, car il vise à donner un nouveau rôle aux EAU à l’intérieur d’Al-Aqsa. »

Quelques jours après sa déclaration, Abu Arafa a été arrêté par les forces israéliennes et emmené à la prison d’Ofer.

Pour légitimer leur accord de normalisation avec Israël, les EAU affirment que l’accord donne plus de liberté d’accès aux musulmans pour visiter la sainte mosquée.

Sammour, cependant, a attribué cette mesure à la conviction d’Abou Dhabi que les mesures, qui opposent généralement les musulmans, inciteraient la communauté internationale à fermer les yeux sur ses violations des droits humains, tant au pays qu’à l’étranger.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus