La Russie empêche l’ONU de mettre sur liste noire le chef de la milice libyenne pour violations des droits

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Vendredi, la Russie a empêché un comité du Conseil de sécurité de l’ONU de mettre sur liste noire un groupe de milice putschiste aligné sur le général Khalifa Haftar et son chef pour violations des droits de l’homme, car elle a déclaré qu’elle voulait d’abord voir plus de preuves qu’ils avaient tué des civils.

Les États-Unis et l’Allemagne ont proposé que le comité des sanctions contre la Libye, composé de 15 membres, impose un gel des avoirs et une interdiction de voyager à la milice al-Kaniyat et à son chef Mohammed al-Kani. Une telle décision doit être approuvée par consensus, mais la Russie a déclaré qu’elle ne pouvait pas l’approuver.

« Notre soutien à l’avenir est possible, mais conditionné par la fourniture d’une preuve irréfutable de leur implication dans le massacre de populations civiles », a déclaré un diplomate russe à ses collègues du Conseil de sécurité dans une note vue par Reuters.

La ville libyenne de Tarhuna, qui a été reprise en juin par le gouvernement internationalement reconnu d’accord national (GNA), était contrôlée depuis des années par la milice al-Kaniyat dirigée par la famille locale Kani, qui combattait aux côtés des milices du chef de guerre Haftar.

Le mois dernier, les autorités libyennes ont déterré 12 corps dans quatre autres tombes non marquées à Tarhuna, s’ajoutant aux dizaines de cadavres déjà découverts depuis juin.

La Turquie soutient le GNA tandis que la Russie, les Émirats arabes unis (EAU) et l’Égypte soutiennent le général putschiste. Ces puissances étrangères ont été citées dans des documents antérieurs de l’ONU comme fournissant des armes au mépris de l’embargo sur les armes.

Les États-Unis et l’Allemagne ont écrit dans leur proposition de sanctions que les groupes internationaux de défense des droits de l’homme et la mission politique des Nations Unies en Libye, connue sous le nom de MANUL, ont « reçu des informations faisant état de centaines de violations des droits de l’homme perpétrées par la milice al-Kaniyat contre des particuliers et des représentants de l’État. , des combattants capturés et des militants de la société civile à Tarhouna. « 

Sous la direction de Mohammed al-Kani, la milice al-Kaniyat aurait procédé à des disparitions forcées, des tortures et des meurtres. En outre, la MANUL a vérifié de nombreuses exécutions sommaires à la prison de Tarhuna menées par la milice al-Kaniyat le 13 septembre 2019,  » lire la proposition.

En juin, le gouvernement soutenu par l’ONU à Tripoli a repris Tarhuna, à quelque 65 kilomètres (41 miles) au sud-est de la capitale libyenne, leur dernier d’une série de succès sur le champ de bataille qui ont annulé la plupart des gains de Haftar. Plus tôt, le gouvernement a déclaré qu’il avait repris le contrôle de tous les points d’entrée et de sortie de Tripoli et de l’aéroport de Tripoli.

Quelque 112 cadavres ont été retrouvés dans plus de 20 fosses communes à Tarhuna depuis sa reprise.

Les équipes libyennes poursuivent leurs travaux de fouille dans une zone plus large à la recherche de plus de corps.

Les autorités libyennes affirment que la milice de Haftar et les mercenaires alliés ont commis plusieurs crimes de guerre et crimes contre l’humanité entre avril 2019 et juin 2020.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus