Le secrétaire d’État américain Pompeo rencontrera les négociateurs talibans au Qatar

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo est arrivé samedi à Doha pour rencontrer les négociateurs du gouvernement afghan et des talibans, au milieu des signes de progrès dans leurs pourparlers alors que Washington accélère son retrait.

La visite de Pompeo fait suite à une attaque à la roquette qui a frappé des zones densément peuplées de Kaboul, tuant au moins huit personnes lors de la dernière flambée de violence dans la capitale afghane.

Les talibans ont nié toute responsabilité et aucun groupe n’a revendiqué la grève.

Le département d’État a déclaré que Pompeo rencontrerait séparément les équipes de négociation du gouvernement afghan et des talibans dans la capitale qatari.

Il verra également le dirigeant du Qatar, l’émir Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, et le ministre des Affaires étrangères lors de son escale à Doha, la base diplomatique des talibans.

Le haut diplomate américain sortant est en tournée dans sept pays en Europe et au Moyen-Orient, alors que le président Donald Trump consolide les priorités de fin de mandat.

Plus tôt cette semaine, le Pentagone a annoncé qu’il retirerait bientôt quelque 2000 soldats d’Afghanistan, accélérant ainsi le calendrier établi dans un accord de février entre Washington et les talibans qui envisage un retrait complet des États-Unis à la mi-2021.

Trump a promis à plusieurs reprises de mettre fin aux «guerres pour toujours», y compris en Afghanistan, le plus long conflit américain qui a commencé par une invasion pour déloger les talibans après les attentats du 11 septembre 2001.

Le président élu Joe Biden, dans un rare point d’accord avec Trump, préconise également la fin de la guerre en Afghanistan, bien que les analystes pensent qu’il ne sera pas aussi attaché à un retrait rapide.

Percée?

Les talibans parlent au gouvernement afghan pour la première fois.

Les pourparlers ont commencé le 12 septembre à Doha, mais ont presque immédiatement échoué en raison de désaccords sur l’ordre du jour, le cadre de base des discussions et les interprétations religieuses.

Plusieurs sources ont déclaré vendredi à l’Agence France-Presse (AFP) que les deux parties semblent toutefois avoir résolu certains des problèmes.

Parmi les points de friction à ce jour, les talibans et le gouvernement afghan ont eu du mal à s’entendre sur un langage commun sur deux questions principales.

Les talibans, qui sont des extrémistes sunnites, insistent pour adhérer à l’école hanafite de la jurisprudence islamique sunnite, mais les négociateurs du gouvernement disent que cela pourrait être utilisé pour discriminer les Hazaras, qui sont majoritairement chiites, et d’autres minorités.

Un autre sujet controversé est de savoir comment l’accord américano-taliban façonnera un futur accord de paix afghan et comment il sera mentionné.

Les pourparlers de paix de Doha se sont ouverts après que les talibans et Washington ont signé un accord en février, les États-Unis acceptant de retirer toutes les forces étrangères en échange de garanties de sécurité et d’une promesse des talibans d’entamer des négociations.

La violence augmente

Malgré les pourparlers, la violence s’est intensifiée dans tout l’Afghanistan, les talibans intensifiant leurs attaques quotidiennes contre les forces de sécurité afghanes.

Le plan de Trump visant à réduire les troupes d’ici le 15 janvier – moins d’une semaine avant que son successeur Joe Biden ne prenne serment – a été critiqué par les habitants de Kaboul qui craignent qu’il n’encourage les talibans à déclencher une nouvelle vague de combats.

Les civils afghans ont longtemps souffert de l’effusion de sang dans le pays.

Les responsables à Kaboul craignent également que cela ne durcisse la position des talibans à la table des négociations, où l’avenir de gains durement acquis, y compris les droits des femmes, est en jeu.

La frappe de samedi sur la capitale afghane a vu un barrage de roquettes percuter diverses parties du centre et du nord de Kaboul – y compris dans et autour de la zone verte fortement fortifiée qui abrite des ambassades et des entreprises internationales.

L’ambassade iranienne a déclaré sur Twitter que son bâtiment principal avait été touché par des fragments de roquettes après qu’un missile a atterri sur les lieux. Personne sur l’enceinte, située juste à l’extérieur de la zone verte, n’a été blessé.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tariq Arian, a blâmé les talibans, affirmant que des « terroristes » avaient tiré un total de 23 roquettes. Cependant, les talibans ont nié toute responsabilité, affirmant qu’ils « ne tirent pas aveuglément sur les lieux publics ».

Les récentes attaques à Kaboul, y compris deux horribles attaques contre des établissements d’enseignement qui ont tué près de 50 personnes ces dernières semaines, suivent un schéma familier par la suite, les talibans niant toute implication tandis que le gouvernement afghan blâme eux ou leurs mandataires.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus