Qu’est-ce qui fait de «Miracle in Cell No. 7» turc un succès populaire?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

« 7. Koğuştaki Mucize » (« Miracle dans la cellule n ° 7 ») de Mehmet Ada Öztekin a été récemment choisi comme nominé aux Oscars de la Turquie pour la 93e cérémonie des Oscars. La production était également le film le plus regardé en Turquie en 2019. De plus, il est devenu l’un des films les plus populaires sur Netflix, même dans les listes américaines et françaises de la plateforme.

Alors que le film a fait sensation sur les réseaux sociaux, ceux qui l’ont regardé ont partagé à quel point le film était émotionnel et comment il les faisait pleurer. Le célèbre footballeur brésilien Neymar Jr. était parmi les téléspectateurs qui ont déclaré avoir été amenés aux larmes par le blockbuster turc. Mais qu’est-ce qui fait de ce film un succès si populaire?

«7. Koğuştaki Mucize», adapté du coréen «Miracle in Cell No. 7», est un drame tragique qui tourne autour du thème de la justice. Le film raconte l’histoire d’un père handicapé mental, Memo, et de sa fille, Ova, qui vivent dans une petite ville de la province de Muğla, dans le sud-ouest de la Turquie, sous la loi martiale de 1983. Bien que le trouble cognitif exact de Memo reste inconnu tout au long de l’histoire, il est dit avoir l’âge mental de sa fille.

Memo est accusé à tort du meurtre d’une fillette de 7 ans et emprisonné malgré son handicap mental. C’est parce que la fille morte était la fille d’un commandant militaire. Le commandant étant le plus haut fonctionnaire là-bas, les forces de sécurité obéissent à ses ordres sans poser de questions. Le film, qui explore des thèmes comme l’abus de pouvoir et les poursuites extrajudiciaires, examine le système judiciaire défectueux. Cela conduit également les spectateurs à un compte interne du bien et du mal.

Focalisé sur la tragédie

L’histoire est très touchante, ce qui la rend particulièrement intéressante pour le public. Cependant, le succès de la version turque a dépassé celui de la version coréenne, même si les histoires sont plus ou moins les mêmes. La raison en est que le réalisateur Öztekin a préféré présenter l’histoire en mettant l’accent sur la tragédie. Alors que le coréen « Miracle in Cell No. 7 » mêle l’intrigue à des éléments de comédie et propose une production tragicomique au public. Cependant, « 7. Koğuştaki Mucize » a été préparé comme un drame qui a réussi à affecter le public émotionnellement en se concentrant sur le côté tragique de l’histoire.

Cet important changement de perspective dans la présentation de l’histoire a ajouté des qualités uniques au film et en a presque fait une histoire authentique plutôt qu’un remake. Cela m’a même rappelé des scènes similaires du tube culte de Frank Darabont « The Green Mile ».

Par exemple, quand j’ai vu la scène où Memo tenait la fille morte dans ses bras, je me suis souvenu de la scène où John Coffey, le rôle principal dans « The Green Mile », pleure en tenant les sœurs mortes. Bien que les histoires des deux films soient complètement différentes, l’innocence de Memo et John Coffey et l’accusation du meurtre des filles sont assez similaires.

Drame émouvant

Quand il s’agit de savoir pourquoi « 7. Koğuştaki Mucize » est une bonne production en tant que drame, cela est lié à deux concepts: la mimesis et la catharsis. Lorsque le cinéma narratif classique est examiné dans le cadre de la compréhension dramatique d’Aristote, les films imitent et reproduisent la vie réelle avec mimesis (réflexion) avant de donner au public l’occasion de purifier ses sentiments par la catharsis (identification).

« 7. Koğuştaki Mucize » réalise avec succès la mimesis avec la vie de ville réaliste créée par les personnages et le décor, qui capte l’imagination des spectateurs. La réalité créée avec la mimésis affecte également la catharsis. Les spectateurs s’identifient à Memo et Ova. Ils s’éloignent de leur propre vie et rejoignent le père et la fille tout au long du film. Ainsi, lorsque la poursuite extrajudiciaire que Memo est soumise est surmontée par plusieurs moyens illégaux et que le père et la fille se réunissent, le public est soulagé par l’expérience de la catharsis.

Effet de localisation

La production présente également un remake réussi grâce à la localisation. Dans le film, les changements apportés au nom de la localisation ont à la fois ajouté de l’originalité au film et approfondi la tragédie.

Présenter l’histoire tragique dans une période qui a suivi le coup d’État turc de 1980 est le premier exemple de localisation. L’ajout des personnages enseignant Mine et la grand-mère Fatma au film et l’utilisation de différents personnages dans la prison sont d’autres changements apportés dans le cadre de la localisation et contribuent au succès du remake du film.

Cependant, je devrais également mentionner quelques lacunes dans l’aspect de la localisation. Le premier d’entre eux concerne les modifications apportées aux personnages de la prison. Alors que le film se concentre sur la recréation de ces personnages à travers la population locale, il ignore complètement le développement des personnages. Bien que la majeure partie du film se déroule en prison, les téléspectateurs en savent peu sur les personnages ici. Les gens en prison sont présentés comme des personnages secondaires soutenant l’histoire du personnage principal Memo et ils n’ont pas leurs propres histoires.

Un autre problème de localisation dans le film est la création d’une nouvelle mise en scène à la fin de l’histoire. Contrairement au film original (alerte spoiler si vous ne voulez pas savoir), « 7. Koğuştaki Mucize » termine l’histoire d’une manière plus optimiste. Les téléspectateurs voient que la vie de Memo a été sauvée par des moyens illégaux dans le déroulement des événements. Bien que cette fin heureuse déclenche le sentiment de catharsis dans le public, elle contient quelques erreurs logiques. Dans la vraie vie, une telle fin a peu de chances de se produire et contredit la perception de la réalité créée par les mimes à succès du film.

Au final, « 7. Koğuştaki Mucize » est un long métrage mélodramatique qui a gagné l’admiration des spectateurs avec sa sentimentalité ostentatoire. À l’exception de quelques petits points, il mérite d’être reconnu pour ses émotions.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus